Jean Charles Moïse

Haïti : Jean Charles Moïse promet un conseil pour remplacer Ariel Henry

En Haïti, Jean Charles Moïse promet un conseil de gouvernement pour remplacer le premier ministre d’Haïti, Ariel Henry. Depuis sa visite du Rwanda, Moïse Jean Charles rentre dans une dynamique de pacifier Haïti d’après l’approche du Rwanda. Selon lui, Haïti et Rwanda ont chacune une histoire touchante et précurseur dans l’histoire de l’humanité. Haïti est connue comme la première république noire indépendante des temps modernes et le deuxième pays indépendant des Amériques après les États-Unis sans énumérer sa contribution dans la libération des pays de l’Amérique latine, de la Grèce, de l’Israël, des États-Unis d’Amérique, etc. Par ailleurs, il y a environ 25 ans, le chapitre le plus sanglant de l’histoire contemporaine de l’Afrique s’écrivait au Rwanda. En l’espace de cent jours, un million de personnes ont perdu la vie. Tout était à refaire dans ce pays meurtri. Le premier souci du Front patriotique rwandais, parti politique dirigé alors par l’actuel président rwandais Paul Kagame, a été de mettre fin au génocide et de rétablir la paix et la sécurité. « Nous avons tiré des leçons qui devraient nous enseigner à bâtir notre avenir », rappelait-il récemment, devant un parterre de chefs d’entreprise à Charlotte aux États-Unis. De nos jours, Haïti ne fait pas face à un génocide comme le Rwanda mais fait face à un néo-génocide qui réduit l’espérance de vie des haïtiens et qui les oblige soit à survivre dans l’extrême pauvreté, soit à quitter le pays en quête de meilleures conditions de vie aux États-Unis, au Chili, au Brésil, au Canada, en France, en République dominicaine, etc. Ainsi, après le cinquième assassinat d’un président d’Haïti, dont de Jean-Jacques Dessalines (Grande Rivière du Nord), Sylvain Salnave (Cap-Haïtien), Michel Cincinnatus Leconte (Saint Michel de l’Attalaye), Vilbrun Guillaume Sam (Ouanaminthe), Haïti est siégée dans un cycle infernal d’insécurité, de mauvaise gouvernance et d’extrême pauvreté. Malgré cet état de fait, le secteur privé des affaires, les leaders et partis politiques d’Haïti en guise de donner le ton ne fait que lutter pour la prise clandestine du pouvoir au détriment du peuple haïtien. Delà, les plus capables essaient de procéder à des élections au second degré alors que d’autres demandent l’organisation des élections démocratiques et participatives dans le pays. Par rapport aux contraintes sociopolitiques et économiques d’Haïti, Jean Charles MOÏSE, le leader du parti politique socialiste haïtien (Parti Politique Pitit Dessalines) fait d’énormes concessions et lance une initiative de mettre en oeuvre un conseil de gouvernement pour remplacer Ariel Henry selon l’approche rwandaise en tendant la main même aux détracteurs et opposants d’Haïti. Dans les sections suivantes, l’article passe en revue la situation sociopolitique et économique d’Haïti par rapport les soulèvements. Ensuite, il décrit les stratégies et actions mises en œuvre par Jean Charles Moïse pour obtenir les résulats escomptés, c’est-à-dire, d’unir Haïti comme le Rwanda et faciliter le processus de développement durable du pays. Puis, il décrit la biographie de Jean Charles MOÏSE et sa ligne politique.

Continuer la lecture

Haïti : Des esclaves de champ et à talents défendent le système d’inégalités

Euh oui, les lèches-bottes sont de retour en Haïti. Depuis la traite négrière, l’adage “se depi nan ginen nèg ap trayi tinèg” poursuit son chemin comme à l’accoutumée. Il y a eu toujours des frères qui ne comprenaient pas que tous les noirs font parti de la même ethnie que ce soit en Haïti, en Afrique et aux Amériques. Si depuis plus de trente (30) ans, Haïti devient un pays uniquement à potentiel politique où tout le monde essaie de vivre de la politique déloyale et de la corruption, il est un fait, depuis la dilapidation des fonds de CIRH et Petro-Caribe, que la population haïtienne rentre dans une dynamique de catégorisation des citoyens sans scrupules et ni patriotisme envers Haïti en esclaves de champ et en esclaves à talents. Naturellement, on définit un esclave comme une personne de condition non libre qui est sous la dépendance absolue et de la toute puissance d’un maître et qui peut être achetée ou vendue sans son consentement. C’était la situation de nos ancêtres et grands parents, ils étaient tous des esclaves jusqu’à ce qu’ils ont freiné avec bravoure et héroïsme ce système d’exploitation arbitraire. De nos jours, les esclaves de champ et à talents travaillent pour maintenir le système d’inégalités socioéconomiques et politique en Haïti. Pourquoi ? À cause de privilèges et biens reçus par le système corrompu et d’exploitation de la masse (classe majoritaire), les esclaves de champ et les esclaves à talents défendent leur néo-colons (oligarques corrompus) au périple de leur vie. Cette nouvelle forme d’esclaves préfèrent que tous les haïtiens vivent dans l’insécurité et dans l’extrême pauvreté (moins de 2 dollars américains ou 234 Gourdes par jour) moyennant eux qu’ils aient la crasse nécessaire pour mieux vivre en Haïti ou dans un pays développé ou en développement. Mais où est la culture du bien commun et du collectivisme dans cette approche des esclaves de champ et à talents ? Aucune culture du bien commun en faveur de la majorité ! Ils défendent seulement les intérêts de leurs maîtres sans penser à leur appartenance prolétaire. Ces néo-esclaves font semblant de parler en faveur d’Haïti mais connaissent très bien qu’ils travaillent contre Haïti. Comment les esclaves de champ et les esclaves à talents défendent ils le système d’exploitation ? [Lire la suite sur] 👇

Continuer la lecture
Haïti : Les banques menacent Jean Charles Moïse, le peuple menace les banques

Haïti : Les banques menacent Jean Charles Moïse, le peuple menace les banques

Depuis le soulèvement du 22 août 2022 lancé par Jean Charles Moïse, de nombreux secteurs de l’aile oligarchique économique et politique en Haïti font de lui leur principal ennemi alors que le peuple haïtien le considère comme le bourreau du système d’exploitation installé dans le pays depuis des centaines d’années. Ce soulèvement du peuple haïtien tient son origine suite à la cherté de la vie, l’insécurité, la mauvaise gouvernance, la corruption, la dollarisation du pays via les banques traditionnelles, l’inflation galopante, la vente du carburant au marché noir, etc. Dans un premier temps,  le porte étendard de ce soulèvement exigeait l’organisation des élections démocratiques en Haïti, lesquelles élections ne sont organisées depuis plusieurs années. Malheureusement l’aile oligarchique corrompue, la communauté internationale et des politiciens sans scrupules ni patriotisme ne comprennent jusqu’à présent que l’organisation des élections est la base de la démocratie et de la stabilité politique et économique. Depuis la fin du mois de juillet 2022, le peuple lutte pour chambarder ce système d’exploitation. Toutesfois, en guise d’essayer de changer leurs comportements déloyaux, injustes et illégaux, les banques et les entreprises commerciales logées en Haïti s’en prennent à Jean Charles Moïse. Pourquoi les banques et les entreprises commerciales menacent elles Jean Charles Moïse ? Quelle est la réaction du peuple haïtien face à cette menace ? Comment Jean Charles Moïse perçoit la vie en Haïti ? Qui est Jean Charles Moïse? Quelles sont les stratégies et actions mises en œuvre par Jean Charles Moïse ? [Lire la suite sur] 👇

Continuer la lecture
Jean Charles Moïse

Tout le monde en est au courant mais n’ose pas en parler, Moïse Jean Charles frôle la mort!

Il est entendu et compris que la position radicale, à caractère révolutionnaire, emplie de hardiesse, qu’a Moïse Jean-Charles, va lui faire tout naturellement des ennemis farouches irréconciables, même chez des gens de sa classe. M. Moïse Jean-Charles s’est positionné dans une démarche périlleuse, quels qu’en soient les issus et c’est un choix assumé dans le cadre d’une stratégie de bataille politique féroce et impayable, avec ses inconvénients, bien sûr… [Lire la suite sur] 👇

Continuer la lecture

Radiographie du système de sécurité d’Haïti : Quelle approche pour une véritable solution de longue durée ?

Depuis des lustres, la question de sécurité des personnes et des biens n’a cessé de faire des débats dans un monde en effervescence constante. Ceci dit, la violence organisée a toujours existé et ses manifestations sont excessivement préoccupantes en raison des souffrances qu’elles provoquent chez les victimes, les familles et les communautés… [Lire la suite sur]

Continuer la lecture
Stephanie Balmir VILLEDOUIN

Stéphanie Balmir VILLEDROUIN, Ministre du Tourisme de 2014 à 2016, honorée par l’AGP

En ce qui concerne le tourisme et les industries créatives, Stéphanie Balmir VILLEDOUIN est une figure emblématique et remarquable en Haiti. Elle fut nommée dans le gouvernement de Garry Conille à la tête du Ministère du tourisme, le 20 octobre 2011, puis de celui du Ministère du Tourisme et des Industries Créatives (MTIC) le 2 avril 2014. Elle reste en fonction à ce poste jusqu’au 23 mars 2016 où elle fut remplacée par Didier Hyppolite. Alors qu’elle héritait la disponibilité des fonds PETROCARIBE, ses réalisation infrastructurelles et sa promotion du potentiel touristique haitien à l’échelle internationale ont beaucoup aidé dans l’amélioration de l’image d’Haiti au niveau international. Dans cette optique, l’Autorité de Gestion du Parc (AGP) qui gère le patrimoine culturel le plus important de l’Ile d’Haiti (Haiti et République Dominicaine), Parc National Historique Citadelle/Sans-Souci/Ramiers (PNH-CSSR), a rendu un hommage et décerné des distinctions à des personnalités contribuant au développement du Parc National Historique Citadelle/Sans-Souci/Ramiers, à des personnalités ayant contribué énormément à l’élaboration du Plan de Gestion du Parc National Historique Citadelle/Sans-Souci/Ramiers et à des parties prenantes du PNH-CSSR ayant été distinguées pour leur implication dans le Parc. Au terme de la fin du projet PAST en date du 29 juillet 2022, l’Autorité de Gestion du Parc (AGP) n’a pas laissé sauter cette occasion pour rendre un hommage mérité à Madame Stéphanie Balmir VILLEDOUIN et d’autres personnalités haitiennes et étrangères ayant contribué dans l’établissement d’une Autorité de gestion au PNH-CSSR, dans la protection et promotion du Parc National Historique et dans l’investissement dans l’une ou l’autre des communes du PNH-CSSR, c’est-à-dire, Milot, Dondon, Plaine du Nord et Grande Rivière du Nord. Considérant que la reconnaissance est la mémoire du cœur, les contributions de Stéphanie Balmir VILLEDOUIN, Ministre de la Culture de 2014 à 2016, au renforcement du Parc National Historique sont perçues comme un travail réalisé avec amour pour le patrimoine culturel haitien. Outre que Stéphanie Balmir VILLEDOUIN, quelles sont les vingt-neuf (29) autres personnalités haitiennes et étrangères contribuant au processus du développement du Parc National Historique Citadelle/Sans-Souci/Ramiers ayant reçu, cette année 2022, des distinctions ? Quelles sont les personnalités ayant contribué énormément à l’élaboration du Plan de Gestion du Parc National Historique Citadelle/Sans-Souci/Ramiers ? Pourquoi Stéphanie Balmir VILLEDOUIN est-elle honorée et quelle est sa contribution au PNH-CSSR ? Quelle sont les autres parties prenantes du PNH-CSSR ayant été distinguées pour leur implication dans le Parc ? [Lire la suite sur] 👇

Continuer la lecture

L’OEA reconnaît son échec en Haïti et sa création de gangs dans le pays

Alors qu’Haïti s’adhère à l’OEA depuis 1948 et à l’ONU depuis 24 octobre 1945, aujourd’hui fait encore 22 ans depuis les dernières interventions des forces de l’Organisation des Nations-Unies (ONU) en Haïti sous plusieurs dénominations (MINUSTAH, MINIJUSTH, BINUH formellement et Core Group dans l’informel). Malgré tout, le taux de pauvreté et de criminalités croit cumulativement en Haïti comme la mauvaise herbe au point que trois présidents d’Haiti (René Garcia PREVAL,  Jean Claude Duvalier & Jovenel MOISE) sont morts dans des situations douteuses sous la période d’intervention de l’ONU en Haiti. Dans cette optique, l’Organisation des États américains (OEA) a accusé ce lundi 8 août 2022 la communauté internationale et les forces internes haïtiennes de la crise institutionnelle en Haïti. Si l’on considère la première mission d’observation de l’Organisation des Nations-Unies (ONU), en décembre 1990, apportant son soutien à un processus électoral haitien en dehors des cadres classiques de la décolonisation ou du règlement d’un conflit, on peut déduire qu’Haiti est sous la colonisation de l’ONU depuis Vingt-deux (22) ans. En préambule, il est à mentionner que l’ONU possède meme un syndicat en Haiti denommé « Core Group ». Ce dernier est composé des Ambassadeurs d’Allemagne, du Brésil, d’Espagne, des États-Unis d’Amérique, de la France, de l’Union Européenne, ainsi que du Représentant spécial de l’Organisation des États Américains et de la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies. Pourquoi l’Organisation des États américains (OEA) a accusé la communauté internationale et les forces internes haïtiennes de la crise institutionnelle en Haïti ? [Lire la suite sur] 👇

Continuer la lecture
Jean Charles Moïse

Haïti : Résumé du Programme Politique du Parti Pitit Dessalines (PPPD)

🇭🇹 La Parti Politique Pitit Dessalines (PPPD), dirigé par Jean Charles Moïse, est l’un des rares partis politiques dotés d’un programme politique sur lequel misent des Haïtiens et partenaires internationaux pour passer de la parole aux actes. Dans cet article, on présente le résumé du programme du Parti Politique Pitit Dessalines. Ensuite, on passe en revue la biographie et les actions de Jean Charles Moïse, secrétaire général et fondateur du Parti Politique Pitit Dessalines… [Lire la suite sur] 👇

Continuer la lecture

Aristide, Groupe G8, Daly Valet, Timothé, Mathias, tous ont trahi Jean Charles Moïse

L’histoire attachée au proverbe haitien : « depi nan ginen, nèg ap trayi nèg » ne date pas aujourd’hui mais commence depuis la traite négrière en Afrique jusqu’ici en Haiti. Néanmoins, ça continue jusqu’à présent avec les potentielles trahisons dont est victime Jean Charles Moïse de la part de Jean Bertrand Aristide, du Groupe G8, de Daly Valet, de Rony Timothé, de Mathias Pierre et autres. En Haïti, c’est à peu près la dernière ligne droite de la bataille entre leaders politiques et c’est comme l’histoire d’un père qui veut détruire à tout prix le reve de son propre fils au profit de son ennemi d’orientation politique. Dans cet article, le père du parti Fanmi Lavalas représente Jean Bertrant Aristide alors que le fils émergeant de ce parti politique s’appelle Jean Charles Moise et l’ennemi du Parti Fanmi Lavalas et du Parti Politique Pitit Dessalines en termes d’orientation politique demeure le Parti Haïtien Tèt Kale (PHTK). Actuellement, le Parti Politique FANMI LAVALAS dirigé par l’ancien président déchu, Jean Bertrand Aristide, joue actuellement le jeu politique du régime de PHTK de l’ancien président Michel Martelly en divisant l’électorat haïtien. Ils sont nombreux qui trahissent déjà des lignes politiques publiques pour des intérêts personnels et mesquins. Après Toussaint Louverture, qui à la fin du 18 ème siècle a été trahi, Jean Charles Moïse est le suivant qui se fait trahi de nombreuses fois par ses collaborateurs de parti. Ces derniers ne comprennent pas que le changement prend du temps et à un coût moral.  Malgré sa tentative de reconciliation d’Haiti, Jean Charles Moise trouve sur une serieuse embuche provenant de sa grande famille politique (Fanmi Lavalas). De nos jours, Haïti  fait face à de sérieux problèmes qui réduisent l’espérance de vie des haïtiens et qui les oblige soit à survivre dans l’extrême pauvreté, soit à quitter le pays en quête de meilleures conditions de vie aux États-Unis, au Chili, au Brésil, au Canada, en France, en République dominicaine, etc. Ainsi, après le cinquième assassinat d’un président d’Haïti, dont de Jean-Jacques Dessalines (Grande Rivière du Nord), Sylvain Salnave (Cap-Haïtien), Michel Cincinnatus Leconte (Saint Michel de l’Attalaye), Vilbrun Guillaume Sam (Ouanaminthe), Haïti est siégée dans un cycle infernal d’insécurité, de mauvaise gouvernance et d’extrême pauvreté. Malgré cet état de fait, le secteur privé des affaires, les leaders et partis politiques d’Haïti en guise de donner le ton ne fait que lutter pour la prise clandestine du pouvoir au détriment du peuple haïtien. Delà, les plus capables essaient de procéder à des élections au second degré alors que d’autres demandent l’organisation des élections démocratiques et participatives dans le pays. Face à ce constat, Jean Charles MOÏSE, le leader du parti politique socialiste haïtien (Parti Politique Pitit Dessalines) fait d’énormes concessions et lance une initiative d’unir Haïti selon l’approche rwandaise en tendant la main même à ses détracteurs et opposants. Malheureusement, des leaders politiques haitiens veulent à tout prix se défaire des orientations justes de Jean Charles Moise. Cet article va présenter la biographie de Jean-Bertrand Aristide et de Jean Charles Moise tout en essayant de comprendre pourquoi Jean Bertrand Aristide, Daly Valet, Rony Timothé, Groupe G8 et d’autres politiciens traditionnels combattent assidument et trahissent Jean Charles Moise malgré l’adhésion du peuple à sa ligne politique ? [Lire la suite sur] 👇

Continuer la lecture

Haïti : 82 % des haïtiens exigent le recours à la peine de mort contre les puissants bandits

En Haïti 🇭🇹, sous l’impuissance et la complicité des autorités haïtiennes (premier ministre, ministres, juges, parlementaires, politiciens traditionnels), les groupes de bandits armés sèment la pagaille et arrivent à bloquer la partie septentrionale et méridionale de la zone métropolitaine de Port-au-Prince depuis plusieurs années. Ces puissants groupes de bandits protégés par le régime politique actuel sont impliqués dans de nombreux cas d’assassinat, de kidnapping, de vols, de spoliation, de viols, de perturbation de l’ordre public. Cet article essaie d’analyser la perception des citoyens haïtiens (plus de 17 ans) sur leur compréhension de la situation insécuritaire du pays et le recours à la peine de mort. C’est quoi la peine de mort ? Comment la communauté internationale perçoit la peine de mort ? Quelles sont les méthodes d’exécution liées à la peine de mort couramment utilisées dans le monde ? Quel est le pourcentage d’haïtiens exigeant le recours à la peine de mort contre les puissants bandits matériels et intellectuels ? Pourquoi les États-Unis d’Amérique et le Japon n’abolissent pas la peine de mort alors qu’ils ordonnent aux pays d’abolir la peine de mort ? [Lire la suite sur] 👇

Continuer la lecture

Haïti : Pitit Dessalines n’a aucun poste au gouvernement d’Ariel Henry

Moïse Jean Charles l’a dit à qui veut l’entendre : Pitit Dessalines n’a aucun poste au gouvernement d’Ariel Henry. Moïse Jean Charles n’a aucun poste au sein du gouvernement d’Ariel Henry. Que quelqu’un vienne prouver le contraire, s’il en a les moyens, a défié le leader de la Plateforme Pitit Dessalines. Invité, hier lundi, à la très populaire émission Ayiti kò Touni animée par le lanceur d’alerte John Morvan Colem sur la Radio en ligne BBJ ( Bat Bravo pou Lajenès), l’ancien sénateur Moïse Jean Charles était appelé à intervenir sur de nombreux sujets d’actualité brûlants dont, entre autres, l’insécurité, l’économie et la gouvernance actuelle du pays… [Lire la suite sur] 👇

Continuer la lecture

Haïti : Les Fonds Communaux servent-ils à payer les groupes armés ou les mairies ?

Haïti 🇭🇹 : Les Fonds Communaux du pays servent-ils à payer les groupes armés ou les Mairies ? La commune de Milot située dans le Nord d’Haïti est-elle la seule commune du pays n’ayant aucun maire ou agent intérimaire depuis deux (2) ans, soit sous la présidence de Jovenel Moïse au gouvernement d’Ariel Henry ? Pourquoi le Ministère de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales (MICT) n’a pas installé aucun agent intérimaire dans la Mairie de Milot ? Toutes les mairies d’Haïti sont-elles endettées ? Que fait le Ministère de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales (MICT) avec les Fonds Communaux du pays ? Les Fonds Communaux d’Haïti servent-ils à payer des gangues en lieu et place des employés des mairies ? Comment des employés et des fonctionnaires des mairies puissent avoir plus de trente (30) mois de retard de salaire alors qu’ils doivent subvenir à leurs besoins familiaux ? Quelle est la part de responsabilité du premier ministre, Ariel Henry, et du ministre de l’intérieur et des collectivités territoriales, Listz Quitel, dans le dysfonctionnement des mairies en Haïti ? [Lire la suite sur] 👇

Continuer la lecture

Haiti : Plus de 250 signataires et étudiants de l’UCNH lancent un appel à implantation d’un Sous-Commissariat à Haut-Limbé

Plus de 250 signataires et étudiants de l’Université Chrétienne du Nord d’Haiti (UCNH) lancent un appel à implantation d’un Sous-Commissariat à Haut-Limbé. La nuit du 12 au 13 Avril 2022, un incident odieux s’est produit et répété à l’enceinte de l’Université Chrétienne du Nord d’Haïti (UCNH). Des individus non identifiés se sont introduits au dortoir des filles, ils ont violé une étudiante de 21 ans, ils ont volé les ordinateurs de six filles de la chambre selon un article écrit par docteur Jules CESSEUS, recteur émérite de l’UCNH deux jours après le drame. On parle d’incident répété vu qu’en été 2020, il y a eu ce genre d’évènements qui se sont produits sur le campus de ladite université… [Lire la suite sur]

Continuer la lecture

Comment éviter l’entrée des élus analphabets au parlement d’Haïti ?

La question des députés et sénateurs analphabets siégeant dans le parlement d’Haïti est un problème criant qui s’observe au vu et au su de tous en Haïti. Alors que la mission principale des députés et sénateurs sont d’après la législation haïtienne de légiférer et de contrôler les actions du gouvernement, il y a même des députés et sénateurs qui ne savent ni lire ni écrire au parlement haïtien depuis le régime constitutionnel de 1987 à nos jours (Février 2022). Comment feront-ils pour produire des lois, analyser les propositions de lois et surtout contrôler les actions gouvernementales via l’analyse des rapports et des projets ? Incroyable mais vrai ! Pour nous autres, ce problème doit être résolu à la base, c’est-à-dire, dans la législation haïtienne (constitution, loi électorale, statuts des partis politiques, etc.). Ainsi, comment éviter la prise du pouvoir législatif haïtien par non seulement des analphabètes, mais des citoyens alphabets moins aptes au développement durable d’Haïti ? En réalité, cet article ne rentre pas dans une dynamique de discrimination des analphabètes. Loin delà ! Au contraire, il essaie d’analyser la place optimale de chaque citoyen dans la structure de développement d’Haïti. Car, de même qu’il serait absurde que des agronomes remplacent les ingénieurs civils, des médecins remplacent les gestionnaires dans l’administration des hopitaux, des biotechnologistes remplacent les infirmières, il en est de même inconcevable pour des citoyens analphabets de remplacer des citoyens alphabets ainsi que des citoyens inaptes de remplacer les citoyens mieux aptes. Ce serait déjà un chaos pour l’avenir méritocratique de la jeunesse. Car, si on se base sur la définition du développement durable qui se définit comme « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs » (Mme Gro Harlem Brundtland, Premier Ministre norvégien, 1987 cité dans INSEE, 2016), on verra bien ce système d’exploitation suscitera une lassitude chez les jeunes haïtien à devenir des professionnels qualifiés, ce à cause du système qui ne favorise pas les plus doués, aptes et éthiques… [Lire la suite sur] 👇

Continuer la lecture

Haiti : Jean Charles Moïse échoue le néosystème du pouvoir au plus capable

Les politiciens traditionnels haïtiens viennent de renaître le système du pouvoir au plus capable, lequel néosystème est tout de suite mort né suite à l’organisation de deux meetings populaires par le socialiste haïtien, Jean Charles Moïse, du côté de Trou du Nord et à Vertières au Cap-Haïtien, respectivement dans le Nord-est et le Nord d’Haïti. Pour rappel, Jean Charles MOÏSE est, d’après notre dernier sondage, le leader politique d’Haïti le plus populaire de l’échiquier politique haïtien de ces deux dernières décennies. Comment Jean Charles Moïse vient d’échouer le néosystème du pouvoir au plus capable, notamment Montana ? C’est quoi le pouvoir au plus capable ? C’est quoi le pouvoir au plus grand nombre ? Qui est Moïse Jean Charles ? D’abord, pour comprendre l’utilité des prises de position et des interventions politiques de Jean Charles Moïse, il faut bien lire l’histoire d’Haïti et comprendre les faits contemporains. Nul n’est sans savoir qu’en tant que force motrice du fonctionnement politique et social, les idéologies politiques contribuent à influencer le comportement humain.Jean Charles Moise est l’un des rares leaders politiques haitiens épousant la tendance gauchiste, il prône une économie sociale et solidaire afin de développer le pays. Pour ce faire, il ne compte pas et ne veut pas, dit-il, prendre les rênes du pouvoir politique à la magistrature suprême de l’État via des transitions, de quelque type qu’elles puissent être, mais via des élections légitimes, crédibles et impartiales. Alors qu’Haiti fait face à une crise systémique d’ordre sociopolitique et économique, le paysan de Milot reste et demeure une notoriété vivante et incontournable, et l’un des rares politiques à brandir la volonté retourner à l’ordre démocratique via l’organisation des élections générales, tout en prônant haut et fort qu’Haiti retourne à l’ordre socialiste en termes de régime politico-économique. Ce que d’autres groupes organisés du pays ne veulent pas à travers des accords Montana et Pen. Mais, que veulent Montana et Pen ? Pourquoi le leader gauchiste haitien, Jean Charles Moise, estime que ces accords retournent à l’ordre du pouvoir au plus capable et sont contre l’approche démocratique du pouvoir au plus grand nombre ?

Continuer la lecture

Des flibustiers américains en Haïti, l’état et les médias se taisent ?

Des flibustiers venant des États-Unis d’Amérique seraient dans la péninsule de la Grand’Anse d’Haïti depuis jeudi 10 mars 2022 a appris Le Scientifique. Existent-ils encore des neo-flibustiers dans le monde ? Sont-ils vraiment déjà présents en Haïti ? Que rechercheraient ces flibustiers en Haïti ? Pétrole, uranium, métaux précieux (or, argent, cuivre, etc.) ? Pour l’instant, le peuple spécule alors que le gouvernement et la presse se taisent sur devoir devoir d’informer le peuple haïtien et la communauté internationale. Par ailleurs, il n’est jamais un secret pour un citoyen vivant en Haïti que les médias traditionnels et l’État haïtien se comportent comme des irresponsables en termes de gestion territoriale. La notion de reddition de compte et le droit à l’information du citoyen d’Haïti passent en second plan ou dans les oubliettes de la République… [Lire la suite sur] 👇

Continuer la lecture
Bataille de Vertieres

Ce qu’on ne vous enseignera jamais sur l’histoire d’Haïti

Saviez-vous? Sur ordre du Général en Chef de l’Armée Indigène, Toussaint Louverture, pour faire fi a l’injonction du Général Français Victor Emmanuel Leclerc, commandant des troupes expéditionnaires, de lui livrer la ville du Cap-Haitien durant l’expédition française de plus de 30,000 soldats pour rétablir l’esclavage en 1802, l’édificateur du plus grand fort militaire de la région, la Citadelle du Roi Henry, catégorisée patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO, le Général Henry Christophe répondait en ces termes au Commandant : « Si vous avez toute la force dont vous me menacez, je vous opposerai toute la résistance digne d’un général et, si le sort des armes vous est favorable, je ne vous livrerai la ville du Cap que lorsqu’elle sera réduite en cendres et, même sur ces cendres, je vous combattrai encore ». En effet, le Général Christophe a donné l’exemple en incendiant sa propre maison. Cet acte de bravoure a initié une stratégie de guerre, appelée stratégie de la terre brulée qui consiste a attiré l’ennemi sur son territoire, à le priver de ressources pour finalement l’encercler. Cette stratégie a déclenché la dernière phase de la guerre de libération nationale pour vaincre la plus grande armée du monde de l’époque et aboutir à l’indépendance de la Première République fondée par des Esclaves en janvier 1804… [Lire la suite sur] 👇

Continuer la lecture
Echec de l'ONU

22 ans en Haïti, l’ONU augmente la pauvreté et les criminalités

Aujourd’hui fait encore 22 ans d’intervention des forces de l’Organisation des Nations-Unies (ONU) en Haïti sous plusieurs dénominations (MINUSTAH, MINIJUSTH, BINUH formellement et Core Group dans l’informel) mais le taux de pauvreté et de criminalités croit cumulativement comme la mauvaise herbe au point que deux présidents d’Haiti (René Garcia PREVAL & Jovenel MOISE) sont morts dans des situations douteuses sous la période d’intervention de l’ONU en Haiti. Si l’on considère la première mission d’observation de l’Organisation des Nations-Unies (ONU), en décembre 1990, apportant son soutien à un processus électoral haitien en dehors des cadres classiques de la décolonisation ou du règlement d’un conflit, on peut déduire qu’Haiti est sous la colonisation de l’ONU depuis Vingt-deux (22) ans. En préambule, il est à mentionner que l’ONU possède meme un syndicat en Haiti denommé « Core Group ». Ce dernier est composé des Ambassadeurs d’Allemagne, du Brésil, d’Espagne, des États-Unis d’Amérique, de la France, de l’Union Européenne, ainsi que du Représentant spécial de l’Organisation des États Américains et de la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies… [Lire la suite sur] 👇

Continuer la lecture

Les employés des Mairies n’ont pas leur salaire depuis 30 mois en Haïti

Vues : 69 Comment des employés et des fonctionnaires des mairies puissent avoir trente (30) mois de retard de salaire alors qu’ils doivent subvenir à leurs besoins familiaux ? Nont-ils pas droit de manger, de payer les frais scolaires et universitaires de leurs enfants ? À trente (30) mois d’arriérés de salaire pour les employés […]

Continuer la lecture

Comment Haïti a été inventée comme société pauvre ?

La thèse de Jean Mary Louis fait partie des discours académiques les plus convaincants sur le comment l’occident a pu inventer Haïti comme une société pauvre. Cette invention passe par une violence politique exercée par les pays du Nord selon professeur Louis. C’est une activité politique qui s’exerce en réseau tout en épousant une forme binaire plus ou moins simple (commandement / obéissance), c’est-à-dire le Nord commande le Sud par la voie de l’« ingérence » classique ou l’ingérence humanitaire. En fait, l’ingérence humanitaire est une excuse d’exploitation, de domination douce, et d’endettement sauvage. Fréderic Thomas démontre à travers son texte l’échec humanitaire qu’on triche toujours dans l’urgence. Dans la coopération internationale, l’urgence est souvent un prétexte de duperie et de tricherie. L’aide humanitaire apportée à Haïti par l’international après le violent séisme du 12 Janvier 2010 est sans humanité aucune. C’est une occasion en or pour les grandes puissances de piller, exploiter des mines et des sites, et humilier Haïti en la projetant comme le pays le plus pauvre de l’hémisphère – et non comme la première République Noire du monde… [Lire la suite sur]

Continuer la lecture