Jean Charles Moïse

Jean Charles Moïse, le leader politique le plus populaire et prometteur en Haïti

Après ce que Jean Charles Moïse vient de faire dans la capitale d’Haïti (Ouest) ce 7 septembre 2022, après les mouvements lancés et réussis dernièrement dans la deuxième ville du pays (Cap-Haïtien), vu les différents sondage plaçant Jean Charles Moïse en tête des intentions de vote pour les prochaines élections présidentielles en Haïti, Jean Charles Moïse devient le leader politique le plus populaire et prometteur en Haïti. Alors qu’il se réclame de la gauche, notre dernier sondage montre que Jean Charles MOÏSE devient de plus en plus le leader politique d’Haïti le plus populaire au cours de la dernière décennie (2012 à 2022)… [Lire la suite sur] 👇

Continuer la lecture
Haïti : Les banques menacent Jean Charles Moïse, le peuple menace les banques

Haïti : Les banques menacent Jean Charles Moïse, le peuple menace les banques

Depuis le soulèvement du 22 août 2022 lancé par Jean Charles Moïse, de nombreux secteurs de l’aile oligarchique économique et politique en Haïti font de lui leur principal ennemi alors que le peuple haïtien le considère comme le bourreau du système d’exploitation installé dans le pays depuis des centaines d’années. Ce soulèvement du peuple haïtien tient son origine suite à la cherté de la vie, l’insécurité, la mauvaise gouvernance, la corruption, la dollarisation du pays via les banques traditionnelles, l’inflation galopante, la vente du carburant au marché noir, etc. Dans un premier temps,  le porte étendard de ce soulèvement exigeait l’organisation des élections démocratiques en Haïti, lesquelles élections ne sont organisées depuis plusieurs années. Malheureusement l’aile oligarchique corrompue, la communauté internationale et des politiciens sans scrupules ni patriotisme ne comprennent jusqu’à présent que l’organisation des élections est la base de la démocratie et de la stabilité politique et économique. Depuis la fin du mois de juillet 2022, le peuple lutte pour chambarder ce système d’exploitation. Toutesfois, en guise d’essayer de changer leurs comportements déloyaux, injustes et illégaux, les banques et les entreprises commerciales logées en Haïti s’en prennent à Jean Charles Moïse. Pourquoi les banques et les entreprises commerciales menacent elles Jean Charles Moïse ? Quelle est la réaction du peuple haïtien face à cette menace ? Comment Jean Charles Moïse perçoit la vie en Haïti ? Qui est Jean Charles Moïse? Quelles sont les stratégies et actions mises en œuvre par Jean Charles Moïse ? [Lire la suite sur] 👇

Continuer la lecture

Eddy Labossière demande la démission de Baden Dubois, Gouverneur de la BRH

Après sept (7) ans aux commandes de la Banque de la République d’Haïti (BRH), Jean Baden Dubois, le Gouverneur de la banque centrale semble ne pas apaiser la situation macroéconomique d’Haïti au point que l’inflation atteigne les 30 % alors que le dollar devient la monnaie nationale d’Haïti de fait. Dans cette optique, l’économiste de réputation éthique à l’échelle nationale, Eddy Labossière, fait un état des lieux de la situation socioéconomique d’Haïti et critique l’approche du Gouverneur actuel. Plus loin, Eddy Labossière demande la démission de Jean Baden Dubois, Gouverneur de la banque centrale d’Haïti, non pas pour le remplacer mais juste pour l’émergence de nouveaux jeunes aptes et éthiques y compris d’un nouveau paradigme macroéconomique en Haïti. Qui est Jean Baden Dubois ? Quel est cet état des lieux d’Eddy Labossière ? Qu’est-ce qu’il critique ? Qu’est-ce qu’il propose ? [Lire la suite sur] 👇

Continuer la lecture
fermeture de tous les comptes bancaires en dollars,

Haïti : fermeture de tous les comptes bancaires en dollars, une alternative !

Le combat contre la dévaluation de la Gourde (monnaie nationale d’Haïti) est le vœu du peuple haïtien depuis plus de trois (3) décennies. Toutefois, ce combat peut avoir mort d’hommes à cause de nombreux secteurs influents (banques, entreprises commerciales, etc.) qui se mettent dans la spéculation (deloyale et criminelle) du dollar américain. D’après les données de la Banque de la République d’Haïti (BRH), c’est-a-dire banque centrale d’Haïti, plus de 50 % de la population haïtienne ayant un compte bancaire dans le pays est en dollar. Ils ont ce comportement en fonction de la dévaluation de la Gourde par rapport au dollar. Du côté de l’organe régulateur, BRH, il est plutôt constitué comme un organe observateur en guise de régulateur et de force contraignante en la matière. De ce fait, de nombreuses analyses montrent que seulement un État fort, patriotique et responsable peut freiner cette hémorragie qui rend la situation socioéconomique d’Haïti de plus en plus instable. Dans cette perspective, notre analyse opte pour la fermeture de tous les comptes bancaires en dollars comme une alternative conjoncturelle de lutte contre la dévaluation consciente ou inconsciente de la monnaie nationale d’Haïti. Considérant les enjeux, comment s’y prendre ? [Lire la suite sur] 👇

Continuer la lecture
Classement des banques d’Haiti par rapport à leurs services

Top 2022 : Classement des banques d’Haiti par rapport à leurs services

Quelles sont les banques ayant fourni le meilleur ou le pire service en Haiti en 2022 ? Le système bancaire haïtien fait face à des problèmes majeurs en termes d’accomplissement de leurs fonctions, des relations humaines et de gestion de la clientèle. Depuis la dernière décennie (2012-2022), la population est très méfiante aux banques haitiennes qui, en guise de remplir leur mission sociale, contribuent à la pauvreté d’Haiti. De nos jours, les banques haitiennes sont perçues dans de nombreuses activités déloyales. Considérant les principales fonctions des banques qui sont de gérer les moyens de paiement, d’assurer la sécurité des transactions financières, d’accorder des crédits, de drainer l’épargne, de servir d’intermédiaire sur les marchés financiers et de conseiller les particuliers et les entreprises (La finance pour tous, 2021), ce classement des banques haitiennes rentre dans une dynamique d’étudier leur contribution dans le développement et/ou la pauvreté d’Haiti. Il n’est pas une nouvelle que les banques haïtiennes font peu d’efforts pour introduire les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) dans leur système bancaire afin que leur clientèle puisse s’en servir équitablement. Ainsi, de nombreuses succursales de banques en Haïti ont préalablement été perçues parmi les succursales les plus lentes en termes d’accès aux services d’ouverture de compte, fermeture de compte, virement, tirage, dépôt, émission de chèques, octroi de crédit, émission de cartes de débit et de crédit, etc. Quelles sont les banques ayant fourni le meilleur ou le pire service en Haiti en 2022 ? [Lire la suite sur]

Continuer la lecture

Jean Charles Moïse essaie de réconcilier Haïti pour la développer à la Rwandaise

Haïti et Rwanda ont chacune une histoire touchante et précurseur. Haïti est connue comme la première république noire indépendante des temps modernes et le deuxième pays indépendant des Amériques après les États-Unis sans énumérer sa contribution dans la libération des pays de l’Amérique latine, de la Grèce, de l’Israël, des États-Unis d’Amérique, etc. Par ailleurs, il y a environ 25 ans, le chapitre le plus sanglant de l’histoire contemporaine de l’Afrique s’écrivait au Rwanda. En l’espace de cent jours, un million de personnes ont perdu la vie. Tout était à refaire dans ce pays meurtri. Le premier souci du Front patriotique rwandais, parti politique dirigé alors par l’actuel président rwandais Paul Kagame, a été de mettre fin au génocide et de rétablir la paix et la sécurité. « Nous avons tiré des leçons qui devraient nous enseigner à bâtir notre avenir », rappelait-il récemment, devant un parterre de chefs d’entreprise à Charlotte aux États-Unis. De nos jours, Haïti ne fait pas face à un génocide comme le Rwanda mais fait face à un néo-génocide qui réduit l’espérance de vie des haïtiens et qui les oblige soit à survivre dans l’extrême pauvreté, soit à quitter le pays en quête de meilleures conditions de vie aux États-Unis, au Chili, au Brésil, au Canada, en France, en République dominicaine, etc. Ainsi, après le cinquième assassinat d’un président d’Haïti, dont de Jean-Jacques Dessalines (Grande Rivière du Nord), Sylvain Salnave (Cap-Haïtien), Michel Cincinnatus Leconte (Saint Michel de l’Attalaye), Vilbrun Guillaume Sam (Ouanaminthe), Haïti est siégée dans un cycle infernal d’insécurité, de mauvaise gouvernance et d’extrême pauvreté. Malgré cet état de fait, le secteur privé des affaires, les leaders et partis politiques d’Haïti en guise de donner le ton ne fait que lutter pour la prise clandestine du pouvoir au détriment du peuple haïtien. Delà, les plus capables essaient de procéder à des élections au second degré alors que d’autres demandent l’organisation des élections démocratiques et participatives dans le pays. Face à ce constat, Jean Charles MOÏSE, le leader du parti politique socialiste haïtien (Parti Politique Pitit Dessalines) fait d’énormes concessions et lance une initiative d’unir Haïti selon l’approche rwandaise en tendant la main même à ses détracteurs et opposants. Dans les sections suivantes, l’article passe en revue la biographie de Jean Charles MOÏSE, puis décrit les stratégies et actions mises en œuvre par Jean Charles Moïse pour obtenir les résulats escomptés, c’est-à-dire, d’unir Haïti comme le Rwanda et faciliter le processus de développement durable du pays… [Lire la suite sur] 👇

Continuer la lecture