Haïti et République Dominicaine : leur histoire et collaboration selon les historiens dominicains

Actualités

Haïti et la République Dominicaine partagent des liens géographiques et historiques depuis la connaissance des Amériques par l’Europe en 1492. Alors que l’indépendance d’Haïti fut proclamée en 1804, celle de la République dominicaine a été faite en 1844 avec l’appui d’Haïti. La relation entre Haïti et la République dominicaine allait détériorer à cause de plusieurs facteurs. Haïti, premier pays indépendant des Amériques et première république noire du monde, allait fermement aider les dominicains dans leur lutte pour le rétablissement de l’indépendance vis-à-vis de l’Espagne et contre la tyrannie de Pedro Santana entre 1861 et 1865. Les guérilleros et combattants nationalistes contre la première occupation américaine (entre 1915 et 1934 en Haïti et entre 1916 et 1925 en République dominicaine) collaborerait d’un côté à l’autre de la frontière. En 1965, lorsque les États-Unis envahirent à nouveau Saint-Domingue, de nombreux combattants haïtiens eurent une participation remarquée, dont plusieurs martyrs tombés sur le sol dominicain. Plus tard, en 2010, lorsque le tremblement de terre dévastateur s’est produit en Haïti, l’aide dominicaine a été la première à arriver. Des milliers de Dominicains se sont mobilisés de l’autre côté de la frontière pour aider les victimes, et la République dominicaine a été le premier et le plus grand centre d’accueil pour les personnes déplacées de ce pays.

La République d’Haïti, indépendante depuis 1804, a commencé à gouverner toute l’île en 1822. Cela ne s’est pas fait par une occupation violente. La partie orientale, qui avait été aux mains de l’Espagne et de la France, était devenue indépendante à la fin de 1821, s’appelait l’État d’Haïti espagnol, et rejoignit plus tard la Grande Colombie promue par Bolívar. En de nombreux points, la population et les groupes dirigeants de l’Est ont adhéré à une annexion à Haïti. Il n’y a pas eu de consensus sur quel type d’indépendance et par rapport à quel bloc l’établir. En 1822, le drapeau haïtien a été hissé et le gouvernement de Boyer a commencé dans toute l’île, de manière pacifique. Le régime de Jean Pierre Boyer a conduit à des excès de pouvoir et à des abus tant à l’Ouest (Haïti) qu’à l’Est (République dominicaine). Ce qu’on appelle la guerre dominicaine-haïtienne menée en quatre campagnes entre 1844 et 1856, n’était pas vraiment une guerre qui affrontait les peuples, c’était plutôt une guerre obéissant aux caudillos. L’historien dominicain Franklin Franco explique dans son ouvrage qu’il était impossible pour l’armée dominicaine nouvellement constituée de vaincre l’armée haïtienne avec un tel avantage dans les premières batailles de 1844, puisque cette dernière était plus nombreuse, mieux entraînée et armée. L’explication, pour Franco, réside dans le fait que les militaires haïtiens n’avaient pas vraiment de conviction ni de volonté de mener cette guerre, simplement entraînés par leurs patrons et leurs intérêts. Les dominicains, pour leur part, étaient motivés par l’objectif de l’indépendance. Déjà un an plus tôt, en 1843, le président Boyer avait été renversé lors du soulèvement du sud d’Haïti : le rejet du régime en place s’étendait à toute l’île.

Le concept d’invasion haïtienne en république dominicaine avec lequel ont été justifiées les politiques qui sapent les efforts d’intégration en Amérique latine et qui sont des violations de la dignité et des droits de l’homme, n’est pas l’œuvre du peuple dominicain ou du peuple haïtien, qui ont vécu ensemble et coexisté en paix dans de nombreux territoires et dans les conditions les plus difficiles que du côté haïtien et dominicain. La haine, la peur et la suspicion entre les deux sociétés ont été cultivées au point d’être une doctrine, à partir de laquelle un business rentable est nourri par les élites politiques, médiatiques et économiques ; souvent inséparables les unes des autres, comme cela arrive souvent dans les sociétés dépendantes et subordonnées, avec de petites oligarchies étroitement fusionnées, historiquement inféodées aux pouvoirs. A l’Est (République Dominicaine), la haine a une origine historique mais aussi idéologique. A cet égard, le rapport rédigé en 1931 par Francisco Henríquez y Carvajal, ministre de Trujillo en Haïti, adressé au ministère dominicain des Affaires étrangères, est éclairant. Rafael Leonidas Trujillo, un soldat formé aux États-Unis et chef de la garde créée pendant l’occupation, a alors entamé une tyrannie sanglante de 30 ans.

Les racines de l’immigration massive en provenance d’Haïti ont été soulignées dans le rapport Henríquez et Carvajal et résident dans l’économie néocoloniale de l’occupation américaine. Dans le même temps, le rapport laisse l’accent sur le « débordement » de l’immigration, que Henríquez dans le même document appelle une « vague envahissante qui plus tard a tenté en vain de contenir les lois et règlements émis non seulement par les Dominicains qui ont occupé en ces dernières décennies le pouvoir ; mais aussi par le même gouvernement militaire américain ». La contradiction entre une « immigration » apportée comme « main-d’œuvre bon marché » par le postulat d’une puissance occupante et la notion de « vague envahissante », met en exergue la notion d’« invasion haïtienne » était déjà un enjeu doctrinal et idéologique de caractère naturalisé et peut-être déjà indiscutable, même lorsque ses causes et ses caractéristiques objectives ont été rationalisées. Quelques années plus tard, le tyran Trujillo procédera au massacre de 1937, au cours duquel des milliers d’Haïtiens ont été assassinés qui ont “envahi” le territoire dominicain, mais tous dans la zone frontalière. Pas un seul des travailleurs haïtiens des sucreries, à cette époque, principalement avec des capitaux américains, n’a été tué. En 1933, par le biais d’une loi, la politique de « dominicanisation du travail » avait été initiée dans le pays. En 1939, lors de la remise des diplômes des étudiants en droit à l’Université de Saint-Domingue, Trujillo prononce un discours à fort contenu nationaliste, qui plonge dans la doctrine de « défense » et de « survie » contre l’image du sauvage et de l’envahisseur haïtien. L’un des intellectuels et fonctionnaires les plus importants du régime, Manuel Arturo Peña Batlle, sera un élément clé de la politique et de la doctrine anti-haïtiennes pendant le Trujillato. Son discours peut être cité dans la ville frontalière d’Elías Piña, en 1942, trois ans après le discours de Trujillo et cinq ans après le massacre. Ce discours manifeste un racisme qui ne se distingue en rien de l’idéologie nazie, mais en même temps avec un classisme ouvert. C’est le pauvre Haïtien, des masses, qui apporte des problèmes et qu’il faut empêcher d’immigrer.

Le rapport de Henríquez et Carvajal et la connaissance du fonctionnement actuel de l’ordre mondial nous permettent de voir que “l’invasion” et la “fusion” sont des mythes ; qu’en réalité le contact entre « terre bon marché » et « main-d’œuvre bon marché » est une grosse affaire et que, comme l’a averti le poète et historien national dominicain Pedro Mir, le vrai problème peut être ailleurs, en particulier dans l’intérêt de ceux qui, après l’indépendance dominicaine, ils prennent le pouvoir et alors qu’ils se présentent comme nationalistes et anti-haïtiens, ils poursuivent l’annexion du pays à l’Espagne ou aux États-Unis : Les luttes contre Haïti ont joué un double rôle : en même temps qu’elles ont frustré ou entravé les tentatives annexionnistes, ils ont servi à l’action annexionniste dominicaine de drapeau pour revendiquer ardemment l’ingérence étrangère, fondée sur une prétendue incapacité du peuple dominicain à maintenir sa souveraineté, malgré les victoires militaires répétées et concluantes contre les hôtes haïtiens. Des explications telles que celles de Pedro Mir révèlent quelque chose de très important : la doctrine de la peur et de la haine d’Haïti dissimule et sert de distraction pour le véritable agenda des intérêts et des objectifs de l’élite qui dirigera la République dominicaine politiquement et économiquement peu de temps après avoir atteint indépendance. . Dans le cas de Trujillo, quelque chose de très similaire peut être révélé. Non seulement cela alors que le tyran a pointé du doigt et accusé l’immigrant haïtien de toutes les possibilités « d’arracher » des propriétés et des droits aux dominicains, c’est lui-même qui a utilisé le pouvoir de l’État pour devenir le grand monopole des activités économiques, financières, commerciales et sociales. droits de la République dominicaine en tant que véritable monarque propriétaire du pays. De même, sous son mandat, la politique de « dominicanisation du travail » a fonctionné comme un parapet idéologique pour obtenir une légitimité auprès de la population, Trujillo étant le grand exploiteur de la main-d’œuvre dominicaine, et c’est lui qui a réglementé l’entrée des immigrants haïtiens en tant que travail forcé pour l’industrie sucrière, poursuivant de manière systématique la politique d’occupation nord-américaine. La politique de « dominicanisation » était un excellent instrument pour apprivoiser et assujettir la main-d’œuvre, ainsi que les politiques antisyndicales et répressives qu’elle menait en interne. En effet, sous Trujillo, le nombre officiel d’immigrants haïtiens établis est passé de 52 657, en 1935 avant le massacre de la frontière, à 19 193 en 1950, mais pour remonter à 29 500 en 1960, à la fin de son régime honteux, étant à nouveau à niveaux atteints pendant l’occupation américaine. Derrière la doctrine de la peur et de la haine nationaliste de « l’invasion » haïtienne, le dictateur dominicain Rafael Trujillo avait mis en place un réseau de corruption et d’abus pour gérer directement, avec l’État haïtien lui-même, une industrie de travail forcé dans la production de sucre, qui a profité à lui et à ses entreprises pendant de nombreuses années.

Ainsi, Bill Clinton qui a été président de la plus grande puissance économique et militaire de la planète a reconnu son pouvoir sur le sort d’Haïti, produisant la faim et la pauvreté, pour « ouvrir » les marchés à ses hommes d’affaires. Que ce soit une “erreur” est probablement discutable. C’est le même Haïti qui a subi l’invasion et l’occupation américaines de 1915 à 1934, puis le soutien à la tyrannie brutale de Duvalier. Haïti, qui subira en 1991 un coup d’État, comme en 2003, avec la présence récurrente de troupes américaines et l’enlèvement d’un président ; le même Haïti où les ambassades de certaines puissances ont discuté de l’option d’enlever le président René Préval et de le faire sortir du pays par avion, et on dit que l’actuel président Martelly a été élu lors d’élections frauduleuses pour empêcher un second tour avec la participation d’un candidat de gauche. Il a récemment été révélé comment l’USAID a aidé avec des fonds et des actions à la performance électorale du président sortant. Le même Haïti qui n’a pas d’armée ou de forces armées et qui a à peine une force de police pratiquement non armée. Cette Haïti où un tremblement de terre qui a tué 300 mille personnes, anéanti l’équivalent de 120% de son PIB, effondré les principaux bâtiments institutionnels et enterré 30% de ses fonctionnaires. Ce pays où l’argent de la “reconstruction” n’est jamais arrivé, ou plutôt 10% y sont arrivés, dont 90 dollars sur 100 restent dans la bureaucratie nationale et internationale ; Haïti est intervenu militairement et où les troupes népalaises ont apporté le choléra qui a tué environ 8 000 êtres humains, dont personne ne prend la responsabilité. C’est Haïti, avec 70% de sa population vivant avec moins d’un dollar par jour, et qui a vu 90% de son éducation privatisée. C’est l’Haïti dans lequel des groupes très puissants, comme ceux qui existent en République dominicaine, ont généré toutes sortes d’anomalies commerciales et ont empêché la réalisation d’un accord de libre-échange proposé par l’actuel président dominicain Danilo Medina, pour continuer à maintenir le population dans la misère mais en proie aux importateurs et aux oligopoles commerciaux.

Par ailleurs, on ne peut pas affirmer que les soins de santé et l’éducation reçus par les immigrés haïtiens sont un lourd “fardeau” pour les Dominicains. Car, les immigrés haïtiens, hommes et femmes, contribuent économiquement au pays l’équivalent de 72,6% de tout ce que l’État alloue aux dépenses de santé publique et d’éducation publique non universitaire. En attendant, ils bénéficient à peine de 2,9 % des dépenses sociales. Haïti est le seul pays avec lequel la République dominicaine a une balance commerciale positive, vendant à ce marché quelque 2 000 millions de dollars par an. En 2010, les Haïtiens vivant à l’étranger ont envoyé chez eux 1,3 milliard de dollars, soit environ 25 % du PIB de leur pays d’origine. Les Haïtiens viennent en République dominicaine pour produire de la richesse dans l’économie locale, et aussi pour envoyer des fonds. Tout comme les migrants dominicains, qui en 2013 ont envoyé des fonds vers le pays pour 4,2 milliards de dollars, dont 63 % depuis les États-Unis et Porto Rico. Les immigrants haïtiens (comme aucun autre dans aucune partie du monde) n’ont jamais été intéressés par ou n’ont jamais exercé un “plan de destruction” pour leur source de bien-être ou de survie. Il ne fait aucun doute que ces 1 300 millions de dollars qui reviennent à Haïti sous forme d’envois de fonds sont essentiels pour être actuellement le deuxième acheteur de produits dominicains au monde, dépassé seulement par les États-Unis.

Print Friendly, PDF & Email

AUTEUR | AUTRICE

Tagged
LE SCIENTIFIQUE
LE SCIENTIFIQUE comme son nom l’indique est une revue de presse scientifique dont sa mission principale est de servir les communautés mondiales en quête de savoir et d’informations, c’est-à-dire du savoir scientifique et socioprofessionnel pour comprendre l’évolution de l’humanité, interpréter les phénomènes qui se développent dans leur environnement dans un esprit scientifique. En d’autres termes, la revue publie des articles scientifiques, professionnels et populaires selon les principes déontologiques, les normes méthodologiques APA. La revue LE SCIENTIFIQUE est diffusée au format électronique grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). Elle s’adresse aux lecteurs et aux internautes du monde entier et propose deux articles au moins par semaine autour des questions scientifiques, professionnelles et populaires. La revue est publiée sur le web et également diffusable par email. Email : info@lescientifique.org Téléphone : +(509) 4630 7623
https://lescientifique.org