Haïti : meilleure cuisine et gastronomie du monde

Blog

Entre les classements mondiaux et la réalité gastronomique, il y a une dichotomie. Car, d’après des sondages, la gastronomie haïtienne reste la meilleure alors que des classements mettent Haïti comme la cinquante septième (57e) meilleure cuisine du monde. Il n’est pas une nouvelle pour Haïti que le département du Nord détient les meilleurs cuisiniers et plats de l’île entière (Haïti et République dominicaine). De nos jours, la commune royale d’Haïti, Milot, vient encore de mettre Haïti sur la carte des meilleures cuisines du monde. Par conséquent, Taste Atlas, un site spécialisé dans la cuisine locale, a sorti une liste de 95 meilleures cuisines du monde pour l’année 2022. Ainsi, la 57e position d’Haïti dans ce classement revient à un restaurant de Milot connu sous le nom de Lakou Lakay. Cela confirme les qualités culinaires des gens du Nord d’Haïti et particulièrement de la commune de Milot doté du plus important patrimoine mondial culturel et matériel d’Haïti. Pourquoi Haïti occupe la 57e place ? Quelles sont les spécialités culinaires d’Haïti d’après Taste Atlas ? Quelle est la contribution de Lakou Lakay de Milot dans ce classement d’Haïti comme l’une des meilleures cuisines du monde?

Taste Atlas est un projet dédié à marquer, préserver et promouvoir les ingrédients locaux, les recettes traditionnelles et les restaurants authentiques. À ce jour (décembre 2022), Taste Atlas a environ 10 000 entrées de plats et d’ingrédients dans sa base de données, mais il ne fait que commencer. Sa mission est de démarquer les plats et les ingrédients du monde, de sauver de l’oubli les recettes traditionnelles de nos grands-mères, et d’inciter les voyageurs à se familiariser avec différentes cultures grâce à une cuisine locale, authentique et de qualité.

Nous le savons tous que la cuisine est avant tout une histoire d’émotions. Ce n’est donc pas une surprise que la liste de Taste Atlas, un site spécialisé dans la cuisine locale, fasse jaser ; chacun y allant de son « euh non, la meilleure, c’est la cuisine haïtienne, ils méritent tellement mieux que la cinquante septième (57e) place, car leurs épices sont tellement équilibrés et aromatiques, enfin ».

Click here to display content from Twitter.
Learn more in Twitter’s privacy policy.

 

Haïti a, toujours, fasciné les connaisseurs et les touristes par la diversité de ses produits du terroir et la richesse de son patrimoine culinaire. Les haïtiens ainsi habitués à ce que leur cuisine soit tenue en haute estime au niveau international. Milot comme l’une des dix neuf communes du Nord où loge le plus important patrimoine culturel du pays a toujours fait la valeur du pays à travers les touristes internationaux visitant ce lieu historique et patrimonial. Pour la petite histoire, Haïti vient d’être classée cette année parmi les 50 pays les plus beaux du monde selon une étude du site money.co.uk. Maintenant, elle  est classée par Taste Atlas en 57e position devant la Russie et le Canada avec un score total de 3,93 sur une échelle de 5. À noter que la République dominicaine n’est pas même figurée dans cette liste.

Delà, pour avoir bien représenté le pays, Haïti envoie un digne hommage au PDG de Lakou Lakay : Monsieur Maurice Étienne, sa femme Madame Marie innocente Conzé et à la Chargée en hôtellerie et ticketing Rose Manette Beaulieu. Car, selon les données publiées par Taste Atlas, les plats de Lakou Lakay sont les plus diversifiés et notés pour Haïti. Après Lakou Lakay figurent les Jardins du MUPANAH et La Coquille. Mais, Lakou Lakay est le restaurant traditionnel le plus recommandé aux touristes par Taste Atlas.

La cuisine haïtienne est classée comme la 57e meilleure cuisine du monde pour ses bons plats suivants :

  1. Légumes : Fortement influencé par les traditions culinaires africaines, le legim est un plat haïtien populaire avec de nombreuses variations concernant les ingrédients. Il se compose généralement de divers légumes mélangés qui sont cuits avec de la viande (généralement du bœuf) puis écrasés ensemble. Legim (qui signifie légumineuses ou légumes) contient généralement du chou, de l’aubergine, du cresson, des haricots verts, des carottes et de la courge chayotte. Le ragoût est traditionnellement préparé le samedi, et il est souvent accompagné de semoule de maïs ou de riz.
  2. Poulets aux noix : Poulet aux noix est un plat haïtien avec du poulet et des noix de cajou comme ingrédients principaux. Le poulet doit toujours être bien épicé, tandis que les noix de cajou utilisées dans le plat doivent être crues. Les morceaux de poulet, tels que les cuisses et les cuisses, sont généralement marinés, cuits à la vapeur, puis poêlés avec des tomates en dés, des oignons et de la pâte de tomate, ce qui donne une couleur brun doré à la viande. Les noix de cajou sont cuites à l’eau pendant quelques minutes, puis égouttées et ajoutées au poulet. Le plat est traditionnellement préparé pour le déjeuner du dimanche, et il est souvent accompagné de riz au djon-djon ou de riz aux petits pois.
  3. Paté haïtien : Ces délices haïtiens consistent en une pâte feuilletée façonnée en petits carrés et remplie de divers types de viande comme le bœuf, le poulet, le porc ou même le poisson. Ils sont régulièrement servis lors de nombreux événements spéciaux et célébrations, mais les galettes haïtiennes peuvent également être accompagnées de riz et de haricots comme repas copieux. Bien qu’elles puissent être faites à la maison, ces pâtisseries peuvent également être achetées dans les rues haïtiennes où les vendeurs de stands de nourriture les vendent fraîchement préparées.
  4. Soup joumou : La soupe à la citrouille haïtienne (soup joumou) est traditionnellement servie le jour de l’An pour rappeler la libération durement gagnée d’Haïti de l’esclavage et de l’indépendance de la France. La soupe était autrefois une friandise réservée aux seuls maîtres blancs, alors que les esclaves qui la préparaient étaient interdits de la manger, mais depuis le 1er janvier 1804 – le jour où le leader révolutionnaire haïtien Jean-Jacques Dessalines a déclaré l’indépendance d’Haïti – le joumou est devenu un symbole de liberté qui orne la table de chaque Haïtien le premier janvier de chaque année. Outre la citrouille ou la courge, le joumou épais et savoureux regorge de divers autres légumes, de bœuf et d’arômes tels que le thym, le persil et les piments.
  5. Tassot : Le tassot est un plat traditionnel haïtien à base de viande de chèvre ou de bœuf comme ingrédient principal. La viande en cubes est généralement marinée dans une combinaison d’oignons, de jus d’orange et de jus de citron. Il est ensuite frit jusqu’à ce qu’il développe un extérieur croustillant et brunâtre. Le plat est généralement servi avec des plantains frits, du riz et des haricots ou du riz aux champignons, et une sauce épicée connue sous le nom de ti malice sur le côté.
  6. Griots : Le griot est un plat haïtien typique composé de cubes de viande de porc mijotés lentement dans une marinade sucrée, épicée et acidulée de piments, d’oignons et de jus d’orange, de citron vert ou de citron jusqu’à ce qu’ils soient tendres, puis frits dans une poêle. Au lieu de développer la saveur des jus de cuisson, la sauce agit comme un liquide de cuisson, généralement réduit à un glaçage brillant. Le plat est un hommage au griot, une personne de statut social élevé dans de nombreux pays d’Afrique de l’Ouest, traditionnellement un historien local, un diplomate, un guerrier, un chef de tribu, un chef de communauté ou un enseignant. Comme la viande de porc était rare et chère en Haïti, le plat n’était préparé que pour des occasions spéciales et des événements festifs, et le lien entre les deux griots est évident – ils sont tous deux très importants pour leurs cultures respectives.
  7. Pikliz : Pikliz est une relish haïtienne composée d’une combinaison de légumes marinés tels que du chou râpé, des carottes, des oignons, des échalotes et des poivrons épicés. Traditionnellement, le pikliz est consommé en accompagnement de porc frit (griot), de bœuf frit (tassot) ou de plantains frits, bien qu’il puisse également être associé à du poisson. On dit que le piquant de cette relish se marie extrêmement bien avec presque tous les plats principaux fraîchement frits.
  8. Bouillon soup : Le bouillon est une soupe haïtienne copieuse et légèrement épaisse à base de viande, d’ignames, de varech, de chou, de bananes plantains, de pommes de terre, de piments scotch bonnet et de céleri. Il est parfois servi avec de petites boulettes qui sont faites en roulant la farine dans une petite quantité de bouillon. Le nom de la soupe est dérivé du mot français bouillir, qui signifie bouillir. Il est recommandé de servir le bouillon bien chaud, de préférence les jours de pluie.
  9. Tchaka
  10. Macaroni au graten
  11. Diri ak pwa : Diri ak pwa, également appelé diri kole ak pwa, est le plat national d’Haïti, composé de riz et de haricots. Le plat est devenu un aliment de base quotidien pendant la période de l’esclavage, lorsque le riz et les haricots étaient deux des rares ingrédients qui étaient donnés aux esclaves par leurs propriétaires. Il peut être préparé avec une variété de haricots, mais les pinto, les haricots rouges et les haricots noirs sont les options les plus courantes. Diri ak pwa est exceptionnellement nutritif car le riz est riche en amidon et contient du fer, de la vitamine B et des protéines, tandis que les haricots contiennent également du fer et une plus grande quantité de protéines que le riz.
  12. Dous makòs : Dous makos est la version haïtienne du fudge. Ce dessert sucré est originaire de la ville de Petit-Goâve et remonte à 1939, date à laquelle il a été inventé par Fernand Macos, un entrepreneur belge. Il est fabriqué à partir de sucre, de lait, d’arômes et de colorants. Dous makos a généralement trois couches distinctes ou plus qui sont toutes colorées et aromatisées différemment. Habituellement, les saveurs proviennent du chocolat, de la cannelle, des amandes, de la vanille, du rhum, du beurre de cacahuète ou des écorces d’agrumes. Avant que le fudge ne durcisse, il est généralement placé dans des moules rectangulaires, puis il est coupé à la main en petits morceaux avant d’être consommé.
  13. Diri ak djondjon : Diri ak djondjon est un plat haïtien composé de riz combiné avec des champignons noirs. Au cours du processus d’ébullition, ces champignons libèrent une coloration naturelle (gris à noir), donnant au plat ses couleurs et ses saveurs distinctives. Les champignons noirs sont originaires des parties nord de l’île, c’est pourquoi le diri ak djon djon est considéré comme un mets régional en Haïti. Le plat peut être consommé seul, lorsqu’il est généralement accompagné d’une salade, mais il est également servi en accompagnement de divers plats de viande et de poisson.
  14. Diri ak legim : Diri ak legim est un plat haïtien sain composé de riz qui est combiné avec l’un des plats de base haïtiens connus sous le nom de legim. Legim est fait avec une variété de légumes tels que le chou, le cresson et l’aubergine. Lorsqu’il est combiné avec du riz, il fait un repas complet et nutritif qui est diri ak legim. Le plat est parfois accompagné de plantains frits pour le rendre encore plus copieux.
  15. Diri ak sòs pwa : Diri ak sos pwa fait référence à un plat haïtien qui est essentiellement une combinaison de riz blanc et sos pwa, une sauce faite en écrasant une variété de haricots avec quelques épices et arômes. Lorsque les deux sont combinés, cela donne un plat complet et nutritif qui est un aliment de base de tous les jours en Haïti.
  16. Poul ak nwa : Poul ak nwa est un plat de poulet traditionnel haïtien originaire de la région du Cap-Haïtien. Le nom du plat signifie poulet aux noix de cajou, et il est généralement préparé en faisant d’abord mariner le poulet dans une combinaison de jus de citron vert ou de jus d’orange de Séville et d’épis – un mélange d’épices composé d’échalotes, d’ail, d’oignons, de poivrons, d’huile d’olive, de vin blanc vinaigre, cubes de bouillon et piments Scotch Bonnet. Le poulet est cuit dans de l’eau avec la pâte de tomate, les tomates, les poivrons et les oignons, tandis que les noix de cajou sont ajoutées vers la fin de la cuisson. Il est recommandé de servir le poulet ak nwa avec du riz blanc et des tranches d’avocat en accompagnement.
  17. Sòs ti malis
  18. Sòs pwa
  19. Mayi moulen : Mayi moulen est un aliment de base haïtien composé de semoule de maïs jaune qui est cuite dans de l’eau et combinée avec de l’ail, du beurre et du sel jusqu’à ce que la concoction ait l’épaisseur et l’onctuosité souhaitées. Il est rapide et facile à préparer, c’est la raison pour laquelle il est consommé à tout moment de la journée en Haïti. Mayi moulen est le plus souvent accompagné de poisson salé mori ou d’une purée de haricots noirs connue sous le nom de sos pwa. Il est recommandé de le servir chaud avec l’ajout de tranches d’avocat sur le côté.
  20. Pain patate : Pain patate est l’un des desserts haïtiens les plus appréciés. L’ingrédient principal utilisé dans le pain patate est la patate douce, de préférence la variété à peau violette et à intérieur blanc. En dehors de ceux-ci, le dessert est composé de noix de coco fraîchement râpée, de lait de coco, de beurre, de sucre, de bananes mûres écrasées et de lait entier. Pain patate est aromatisé avec du zeste de citron ou de lime, de la cannelle, de la muscade, de la vanille, du gingembre et des raisins secs. Lorsque le pudding sucré est cuit, il est souvent servi avec de la crème fouettée ou une boule de glace à la vanille sur le côté.
  21. Pwason boukannen
  22. Pain haïtien
  23. Doukounou : Doukounou est le nom d’un pudding à la semoule de maïs haïtien populaire qui n’est ni sucré ni salé, c’est pourquoi il est généralement consommé avec une sauce sucrée ou salée en accompagnement. Pour la version sucrée, la combinaison de semoule de maïs, de lait, de sucre, de cannelle, de raisins secs, d’extrait de vanille, d’œufs battus et de raisins secs est traditionnellement enveloppée dans des feuilles de bananier fraîches, puis cuite à la vapeur. Avant de le déballer, le pudding doit être laissé refroidir, puis il est servi à température ambiante avec une sauce vanille-cannelle.
  24. Tonmtonm (Jérémie) : Tonmtonm est un plat haïtien qui est fait avec de la purée de fruits à pain comme ingrédient principal. Parfois, il est combiné avec du gombo ou des patates douces. Il est traditionnellement fabriqué dans un grand mortier profond avec un long pilon. Certains pensent que le nom du plat vient du son que produit le gros pilon lorsqu’il est enfoncé dans le mortier. Lorsque le tonmtonm est écrasé, il est ensuite rassemblé, façonné en boule et servi en accompagnement du kalalou gonbo.
  25. Accra.

La cuisine haïtienne est classée comme la 57e meilleure cuisine du monde pour ses bonnes boissons suivantes :

  1. Ti punch (cocktail) : Ti’ Punch est un cocktail à base de rhum agricole, de sirop de canne et d’une tranche de citron vert. Pour le préparer, le sirop de canne est d’abord versé dans un verre, suivi d’un filet de citron vert et de rhum. Les ingrédients sont agités jusqu’à ce que le sirop se dissolve, puis quelques glaçons sont ajoutés pour finir le cocktail. Le Ti’ Punch est généralement servi en apéritif avant un repas copieux, mais il peut également être consommé seul. Le mot Ti’ dans le nom est juste une version plus courte de petite, de l’autre nom du cocktail, Petit Ponch.
  2. Clairin (spirit) : Clairin est une version haïtienne du rhum agricole, un spiritueux clair fabriqué à partir de canne à sucre. La boisson est exclusivement produite à partir de canne à sucre locale récoltée à la main et transportée par des animaux. Aucune levure artificielle n’est ajoutée pendant la fermentation, et il doit être mis en bouteille immédiatement après la distillation. Clairin est un rhum rustique et pur qui exprime parfaitement le terroir et affiche souvent des notes herbacées, végétales, terreuses et herbacées. La plupart de Clairin est produit par de petites distilleries artisanales dispersées à travers Haïti. La boisson a récemment connu un regain de popularité et d’exportation, apparaissant souvent sur les menus de cocktails du monde entier.
  3. Akasan (dairy beverage) : Akasan est une boisson haïtienne semblable à une bouillie à base de farine de maïs, de lait évaporé et d’épices. Cette boisson nutritive est généralement consommée au petit-déjeuner et peut être servie tiède ou froide. La plupart des variétés sont faites avec de la farine de maïs, du sucre, du lait évaporé, de la cannelle et de l’anis étoilé, mais certaines versions utilisent des grains de maïs trempés, bouillis et écrasés et des épices comme la vanille ou la noix de muscade. La boisson peut également varier en consistance, des versions épaisses aux versions plus mousseuses et faciles à boire. Akasan est généralement fait maison, mais des versions préfabriquées sont souvent vendues par des vendeurs ambulants.
  4. Crémas (cocktail) : Crémas est une boisson mélangée haïtienne populaire qui est généralement servie lors des mariages, des anniversaires et pendant la période des fêtes, lorsqu’elle est souvent associée à une pâtisserie sucrée. La boisson est composée d’une combinaison de lait de coco, de lait concentré sucré, de zeste de citron ou de citron vert, de jus de citron ou de citron vert, de rhum (de préférence noir) et d’arômes et d’épices tels que la noix de muscade, la cannelle, la vanille et l’extrait d’amande. Pour le préparer, tous les ingrédients doivent être mélangés ensemble (ou parfois mélangés) jusqu’à ce qu’ils soient complètement combinés. Lorsqu’elle est correctement préparée, la boisson doit avoir une texture crémeuse, semblable à un sirop épais.

Alors que des pays se plaignent pour n’avoir même pas été indexé dans le classement, d’autres ne sont pas satisfaits de leur classement. Ainsi, Taste Atlas précise que :

«Chaque année, lorsque nous publions la liste, il y a beaucoup de gens en colère, on reçoit même des appels d’ambassades. Nous avons appris à vivre avec. Précisons notre méthodologie. Nous sommes un site dédié à la cuisine locale et avons une base de données de plus de 15 000 plats et ingrédients.»

«Tout au long de l’année, les gens évaluent ces aliments (et non les cuisines) dans notre base de données. Certains votes sont reconnus par notre système comme invalides (par exemple les votes nationalistes: les gens d’un pays donnent des notes élevées à leurs plats et des notes basses à leurs voisins. Nous ne comptons pas ces votes).»

«A la fin de l’année, on fait la moyenne des plats les mieux notés dans chaque cuisine (pour que la France ne soit pas pénalisée par les grenouilles, par exemple). Et c’est tout.»

«Personne n’aime cette liste, mais c’est le reflet des voix valables de vraies personnes. Ne nous détestez pas, nous ne faisons que compter les votes. Joyeux Noël!»

Click here to display content from Twitter.
Learn more in Twitter’s privacy policy.

ÉDITEUR / ÉDITRICE

Tagged