SOS : Les Dominicains font des découvertes scientifiques en Haïti

Actualités Agriculture Amérique International National Politique Science Uncategorized

C’est un fait relayé avec beaucoup de déception du côté haïtien, car les Dominicains font des découvertes scientifiques en Haïti alors que les Haitiens se battent incessamment comme des idiots de dernière espèce pour la prise du pouvoir en faisant une politique traditionnelle sans appliquer les principes de la science et du développement durable. Malheureusement pour les politiciens haïtiens qui ne croient pas dans la recherche scientifique comme vecteur de développement d’un pays. C’est triste que des espèces végétales existent en Haïti mais ne soient pas découvertes par des haïtiens. Malgré la crise sociopolitique d’Haïti et l’insécurité régnant en Haïti, cela n’a pas empêché au Chercheur Dominicain en conservation et photographe Eladio Fernández de s’aventurer dans le Nord d’Haïti, zone clé de biodiversité d’Haïti, à la recherche d’un magnolia décrit par le botaniste Erik Ekman en 1925, perdu pour la science depuis 97 ans. Mentionnons que Magnolia emarginata est l’une des cinq espèces décrites à Hispaniola, et comme l’ébène vert, Magnolia pallescens, elles sont en danger d’extinction. D’après des informations, le Gouvernement d’Haïti n’était même pas au courant de l’exploration dominicaine dans le Nord du pays par force de se battre pour la prise du pouvoir et pour ce qui est lié à l’existentialisme. Fernández espère retourner bientôt en Haïti, il soupçonne qu’il y a un magnolia dans la région qui n’a pas encore été décrit par la science.

La Fondation Progressio a consacré des décennies à la protection des forêts et en particulier des trois magnolias présents en République dominicaine, telle était la vision de son fondateur Enrique Armenteros (1927-2019), qui a créé la réserve scientifique Ébano Verde dans la Cordillère centrale.

Le rêve de Don Enrique était de protéger les trois espèces présentes dans le pays, dont deux n’existent qu’en République Dominicaine, Magnolia Pallescens et Magnolia hamorii, une partagée entre les deux pays. Magnolia domingsensis et deux décrits en Haïti, le Magnolia ekmanii et celui redécouvert par Fernández. Mais la destruction et la fragmentation des forêts de montagne dans le pays voisin ont gardé les spécimens de l’emarginata cachés, jusqu’à présent.

En juin de cette année, une expédition de trois jours a été menée dans le nord d’Haïti, dirigée par Eladio Fernández, avec le soutien de l’Association populaire d’épargne et de crédit, la Fondation Progressio, Sunrise Airways et la collaboration du Haiti National Trust et l’ONG International Re:Wild.

Au cours de l’expédition, Fernández et son équipe de trois personnes, ainsi que deux guides locaux, ont entrepris la recherche du magnolia perdu, où dans un acte, qu’Eladio décrit comme la chose la plus proche de la «foi», il les a emmenés à un fragment de forêt à 700 mètres d’altitude dans le Massif Du Nord, sans savoir s’ils trouveraient la plante décrite par Ekman.

Avec une équipe au bord de l’épuisement, en raison des conditions du terrain, Eladio a réussi à trouver le magnolia perdu pour la science, où il a assumé le rôle de chercheur, botaniste et photographe, motivé pour réaliser le rêve de Don Enrique et apporter des données actuelles à la science. sur le statut de cette plante, classée sur la liste rouge des espèces, en danger critique d’extinction par l’UICN.

Premières photographies

Les photographies d’Eladio sont les premières à être réalisées de la fleur de ce magnolia dans l’histoire, dans un petit fragment de forêt difficile d’accès, où 16 plantes adultes à fleurs et quelques jeunes plantes de moins d’un mètre de long ont été identifiées. la taille.

L’expédition, de plus, a été mise en danger en étant accusée par quelque 80 habitants de chercher de l’or dans la région. La situation tendue s’est clarifiée après plusieurs heures de dialogue et ils ont pu conclure leur objectif sans problème majeur.

“Les chances de trouver cet arbre étaient d’une sur un million, compte tenu du peu de forêt qui reste en Haïti”, a déclaré Eladio Fernández dans un rapport de Re:wild. “Cette redécouverte est une lueur d’espoir pour la biodiversité d’Haïti, malgré l’état sombre des forêts dégradées du pays, elle abrite toujours des espèces comme celle-ci que l’on ne trouve nulle part ailleurs dans le monde, nous donnant une chance de les sauver”, a-t-il conclu.

Ils espèrent reboiser la région

Le Haiti National Trust espère collecter des graines dans les mois à venir et construire des pépinières pour reboiser la région avec cette espèce et d’autres espèces indigènes dans différentes communautés de la région.

« Cette redécouverte dynamise nos efforts pour reconstruire Haïti », a déclaré Anne-Isabelle Bonifassi, directrice exécutive du Haiti National Trust. “Nous avons travaillé dur dans le Grand Bois d’Haïti pour reconstruire les forêts là-bas, y compris d’autres espèces de magnolia endémiques d’Haïti, et nous sommes ravis de travailler pour préserver un autre magnolia magnifique et emblématique.”

Re:wild et le Haiti National Trust ont travaillé à reconstruire la pointe sud d’Haïti , en mettant l’accent sur l’écosystème de Grand Bois et la création de la première réserve privée d’Haïti. Cela fait partie du travail plus large de Re:wild pour protéger et restaurer les îles des Caraïbes. “C’est un miracle que le magnolia du nord d’Haïti ait évité une déforestation généralisée dans tout Haïti”, a déclaré Jenny Daltry, directrice de l’alliance caribéenne de Re:wild.

« La perte de biodiversité est une grave menace pour les personnes et l’environnement dans toute la région des Caraïbes. C’est pourquoi Re:wild et Fauna & Flora International ont uni leurs forces pour sensibiliser et soutenir la protection et la restauration des îles des Caraïbes, y compris Hispaniola.

Fernández espère retourner bientôt en Haïti, il soupçonne qu’il y a un magnolia dans la région qui n’a pas encore été décrit par la science .

Facebook Comments Box
Print Friendly, PDF & Email

À PROPOS DE L'AUTEUR ET/OU LE SCIENTIFIQUE

Tagged
LE SCIENTIFIQUE
LE SCIENTIFIQUE comme son nom l’indique est une revue de presse scientifique dont sa mission principale est de servir les communautés mondiales en quête de savoir et d’informations, c’est-à-dire du savoir scientifique et socioprofessionnel pour comprendre l’évolution de l’humanité, interpréter les phénomènes qui se développent dans leur environnement dans un esprit scientifique. En d’autres termes, la revue publie des articles scientifiques, professionnels et populaires selon les principes déontologiques, les normes méthodologiques APA. La revue LE SCIENTIFIQUE est diffusée au format électronique grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). Elle s’adresse aux lecteurs et aux internautes du monde entier et propose deux articles au moins par semaine autour des questions scientifiques, professionnelles et populaires. La revue est publiée sur le web et également diffusable par email.
https://lescientifique.org