Préoccupations : Qu’est-ce qui manque aux accords inter-haïtiens ?

Actualités National

Quand on parle de solution haïtienne à la problématique haïtienne, cela devrait exclure toute solution parachutée de l’étranger, mais concertée entre des représentants des parties prenantes haïtiennes. De ce point de vue, le déficit est patent! Il semble qu’on n’ait pas assez tenu compte de la représentativité et de la légitimité des protagonistes dans les négociations des Accords.

La démarche, qui a le plus de chance d’emporter l’adhésion d’une majorité confortable de la population saine, doit établir les critères clairs pour désigner les parties prenantes et bénéficiaires des accords en fonction de leur appartenance à un territoire, une population ou un secteur. Les représentants doivent être désignés par Département géographique, Collectivité Territoriale, Pays d’accueil des ressortissants, par secteurs, par affinités de groupes ou de partis.

Par exemple, on aurait les représentants de dix (10) Départements géographiques et cinq (5) Régions accueillant la Diaspora; les représentants de partis politiques, regroupés par affinité idéologique, sensibilité politique ou intérêts économiques; les représentants de la société civile mandatés par des secteurs économiques, groupes sociaux ou forces morales qui ont des enjeux à défendre et sont, donc, des protagonistes ou parties prenantes dans la crise.

Car, les citoyens d’Haïti et de la Diaspora veulent espérer que ces accords apportent une réponse à leur misère abjecte, à l’incertitude sur l’avenir de leurs enfants, à l’insécurité, à la corruption, à l’impunité et à la terreur des gangs. “Anything less is unacceptable!” En effet, pour une majorité de citoyens, cette situation est tout simplement intenable parce qu’elle est insupportable!

Réussir le test de Représentativité, de Légitimité, de Crédibilité, bref de Leadership !

L’initiative de négocier et de conclure les accords de Montana-PEN, Ariel-SDP, Inité-Diaspora, Lari-a, etc. est, en soi, une prouesse et commande respect. Félicitations! Néanmoins, beaucoup reste à faire pour couvrir les déficits, mobiliser, convoquer, séduire, convaincre et vaincre.

  • Légitimité et représentativité : On ne sent pas l’implication de tous les parties prenantes et les ayant-droits dans le processus de prise de décision en tenant compte de leur représentativité. Au nom de qui et pour qui ces accords sont-ils négociés, conclus et paraphés? Qui représente, par exemple, tel département du pays ou telle région de la Diaspora dans ces pourparlers?
    Finances: Quels sont les budgets? Qui finance les activités, paie le staff, les consultants et les experts? Quelle structure de contrôle interne et de reddition de comptes est mise en place?
  • Crédibilité : Comment privilégier une forte dose de compétence technique pour pallier aux lacunes du Leadership actuel qui doit, néanmoins, être associé à tous les niveaux et à toutes les étapes de mise en œuvre. L’heure est venue pour nos politiques de s’en remettre à la Science et la Technique, s’ils veulent continuer à négocier, au nom du Peuple, la sortie de crise, la refondation et le passage à la Modernité. Nou pa ka nan akò Ti koulout ak boss machòkèt ankò!
  • Leadership : Quel pouvoir de mobilisation et quelle capacité de convocation des secteurs sains de la société sans l’appui desquels, pourtant, l’initiative a peu de chance de réussir? Pour cela, des moyens conséquents doivent être déployés pour sensibiliser, partager l’information, mieux communiquer, tenir compte et adresser les préoccupations et objections des parties prenantes. La marge pour l’échec est d’autant plus réduite que la patience de la population est à bout!

CONCLUSION

Quelles sont les capacités de dissuasion et de persuasion? Quels sont les arguments, autres que le déchoucage, la peur et la terreur, pour séduire, convaincre et vaincre? Quelle alliance et quel partenariat pour inverser le rapport de forces politiques en faveur d’un Nouvel Ordre Haïtien?

Autant de préoccupations partagées par des Haïtiens en Haïti et dans la Diaspora. Ces citoyens ordinaires pensent et osent espérer que la mise en commun de tous ces accords et le déploiement d’efforts subséquents pour associer les brillants cerveaux du Pays, de la Diaspora, des universités et des secteurs sains de la société dans la démarche de refondation, de décentralisation et de reconstruction permettent de nous mettre en ordre de marche, tous ensemble, pour relever les défis du présent.

Nous avons renouvelé notre engagement à la Liberté à la Crête-à-Pierrot, le 11 Mars 1802!

Nous avons scellé l’Union de nos forces à l’Arcahaie, le 18 Mai 1803 !

Nous avons livré notre dernière Bataille à Vertières, le 18 Novembre 1803 !

Nous avons proclamé notre Indépendance aux Gonaïves, le 1er Janvier 1804 !

Nous pouvons refaire le même parcours, si nous choisissons de le faire ensemble ! Nous avons les ressources mentales pour réussir. Il ne revient qu’à nous d’oser. Alors, Osons-le, frères ! Osons!

AUTEUR

Georgemain PROPHETE
Florida, USA

Facebook Comments Box
Print Friendly, PDF & Email

À PROPOS DE L'AUTEUR ET/OU LE SCIENTIFIQUE

Tagged
LE SCIENTIFIQUE
LE SCIENTIFIQUE comme son nom l’indique est une revue de presse scientifique dont sa mission principale est de servir les communautés mondiales en quête de savoir et d’informations, c’est-à-dire du savoir scientifique et socioprofessionnel pour comprendre l’évolution de l’humanité, interpréter les phénomènes qui se développent dans leur environnement dans un esprit scientifique. En d’autres termes, la revue publie des articles scientifiques, professionnels et populaires selon les principes déontologiques, les normes méthodologiques APA. La revue LE SCIENTIFIQUE est diffusée au format électronique grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). Elle s’adresse aux lecteurs et aux internautes du monde entier et propose deux articles au moins par semaine autour des questions scientifiques, professionnelles et populaires. La revue est publiée sur le web et également diffusable par email.
https://lescientifique.org