La révolution haitienne : l’une des cinq (5) plus importantes révolutions dans l’histoire du monde

BLOG

Beaucoup de lecteurs et d’internautes ne le savent pas, mais il y a cinq (5) grandes révolutions perçues comme les plus importantes qui ont façonné l’histoire du monde. De ces cinq (5) plus importantes révolutions, l’on définit la Révolution française comme une révolution remarquable pour l’abolition de la monarchie française qui avait régné pendant des siècles. Car, elle a démontré le pouvoir des gens et leur capacité à vraiment faire une différence. Quant à la Révolution haïtienne, ils la perçoivent comme la rébellion d’esclaves la plus réussie du monde occidental, son impact se faisant sentir à travers le monde en ce qui concerne la lutte contre l’ordre mondial en matière d’esclavagisme, colonialisme et racisme. Ainsi, Haiti devient non seulement la première république noire libre du monde, mais il est le premier pays au monde luttant contre cette trilogie de système mondial d’exploitation des peuples et sa révolution favorise la libération de nombreux peuples dans le monde. Quelles sont les cinq (5) révolutions les plus importantes qui ont façonné l’histoire du monde ? En quoi la révolution haitienne se revelerait la révolution la plus importante qui a façonné l’histoire du monde ? 

Quelles sont les cinq (5) révolutions les plus importantes qui ont façonné l’histoire du monde ?

Eu égard à Whelan (2020), les cinq (5) révolutions les plus importantes qui ont façonné l’histoire du monde sont réalisées grace à des groupes organisés de personnes qui se sont battus au péril de leur vie en vue de lutter contre un système abusif ou d’exploitation. Ainsi, des mouvements de révoltes organisés dans le monde, peu se sont avérés être des succès. En majeure partie, certaines de ces révolutions arrive à changer le système d’un pays, d’autres révolutions ont tendance à façonner le changement d’idéologies dans plusieurs pays, voire plusieurs continents. Dans cette optique, Whelan (2020) estime que cinq (5) révolutions les plus importantes ont façonné l’histoire du monde. De ces cinq révolutions remarquables, ils citent dans cet ordre : 

5. La Révolution américaine (1765 – 1783) 

Selon Whelan (2020), les tensions entre les Britanniques et leurs 13 colonies américaines ont commencé à monter en 1765 avec l’introduction du Stamp Act, un décret imposant des taxes impopulaires aux colonies comme moyen de rembourser les dépenses de la guerre de Sept Ans avec la France. Des poches de violence ont éclaté alors que les manifestants, mécontents des nouvelles taxes, ont exprimé leur mécontentement. Un acte de rébellion notable s’est produit en 1773, lorsqu’un groupe de manifestants connus sous le nom de Sons of Liberty a jeté 342 caisses de thé dans le port de Boston pour protester contre la taxation du thé, un événement qui est devenu connu sous le nom de Boston Tea Party. En 1774, 12 délégués des treize colonies se sont réunis pour discuter de la situation, formant le Congrès continental qui a servi d’organe directeur des colonies dans la transition vers l’indépendance. Au début, ils ne revendiquent pas ouvertement l’indépendance, mais ils dénoncent une fiscalité sans représentation au sein du Parlement britannique. La guerre a éclaté en 1775 avec les batailles de Lexington et de Concord lorsque les forces du roi ont été envoyées pour confisquer des armes et des fournitures militaires américaines. Le 4 juillet de l’année suivante, le Congrès continental a adopté la Déclaration d’indépendance, une proclamation officielle rejetant la monarchie britannique, jetant finalement les bases de la formation des États-Unis d’Amérique. La violence se poursuivit pendant plusieurs années jusqu’à ce que les troupes de George Washington, aux côtés de l’armée française, remportent une victoire décisive sur les Britanniques lors de la bataille de Yorktown en 1781. Le conflit se termina officiellement deux ans plus tard avec le traité de Paris de 1783 dans lequel les Britanniques abandonnèrent toutes réclamations aux États-Unis.

4. La Révolution française (1789 – 1799)

D’après le classement de Whelan (2020), à la fin du XVIIIe siècle, les Français vivaient pour la plupart dans la misère, à l’exception de la noblesse qui menait des modes de vie somptueux et coûteux. Frustrés par une monarchie qui percevait de lourdes taxes mais n’offrait rien en retour, les citoyens tournèrent leur mécontentement généralisé contre le roi Louis XVI. Les historiens marquent le 14 juillet 1789 comme le début du conflit lorsque les révolutionnaires ont pris d’assaut Bastille, une armurerie médiévale et une prison, pour s’armer tout en attaquant simultanément un symbole du pouvoir absolu de la monarchie. Les deux mois suivants ont été connus sous le nom de Grande Peur alors que les émeutes et l’hystérie de masse ont consumé le pays. Alors que l’Assemblée nationale constituante, un groupe de représentants des États généraux qui poussaient au changement, continuait de débattre de l’avenir politique de la France, des personnalités influentes comme Maximilien de Robespierre défendaient une réforme gouvernementale totale. À l’été 1792, un club d’extrémistes connu sous le nom de Jacobins arrête le roi qui tentait de fuir. Cela a conduit à l’établissement de la Convention nationale, la première République française. En janvier 1793, le roi Louis XVI a été exécuté par guillotine, déclenchant dix mois d’effusions de sang inutiles alors que le règne de la terreur des Jacobins balayait la France. En fin de compte, plus de 17 000 soi-disant ennemis de la révolution ont été exécutés et au moins 10 000 autres sont morts en prison en attendant leur procès. La mort de Robespierre marque une nouvelle période de révolte des Français contre l’usage excessif de la violence. En août 1795, le pouvoir exécutif appartenait au Directoire, un collectif de cinq membres nommés par le parlement, mais l’état du pays ne s’améliorait pas. Après quatre années supplémentaires de difficultés, de corruption et de mécontentement, le conflit a pris fin en 1799 lorsque Napoléon Bonaparte a pris le pouvoir par un coup d’État. La Révolution française est remarquable pour l’abolition de la monarchie française qui avait régné pendant des siècles; il a démontré le pouvoir des gens et leur capacité à vraiment faire une différence.

3. La Révolution haïtienne (1791 – 1804)

Saint Domingue, aujourd’hui Haïti, était une colonie française sur l’île caribéenne d’Hispaniola depuis 1659. Inspirés par la Révolution française, des groupes d’esclaves se sont levés pour combattre leurs oppresseurs le 22 août 1791 (Whelan, 2020). Plus de 100 000 anciens esclaves ont rejoint la cause, tuant des propriétaires de plantations et détruisant leurs biens. Les colonisateurs français s’étaient préparés par crainte d’un soulèvement, mais cela importait peu. Dirigés par l’ancien esclave Toussaint Louverture, les révolutionnaires avaient pris le contrôle d’un tiers de l’île en 1792. Pour arrêter l’effusion de sang, l’Assemblée nationale de retour en France accorda des droits aux hommes de couleur à Saint Domingue. En 1793, la population blanche conclut un pacte avec la Grande-Bretagne. La Grande-Bretagne, préoccupée par les révoltes dans ses propres territoires des Caraïbes, notamment la Jamaïque, a accepté de conquérir la colonie et de rétablir l’esclavage. L’Espagne est également entrée dans le conflit, car leur colonie de Saint-Domingue était également située sur l’île d’Hispaniola. Après que la France ait officiellement aboli l’esclavage à Saint Domingue en 1794, Louverture est passée de la lutte contre eux à la lutte pour eux. Les Britanniques ont finalement renoncé à leur conquête après une série de défaites. En 1801, L’Ouverture s’était déclaré gouverneur général à vie de l’île d’Hispaniola. Cependant, le chef révolutionnaire a finalement été capturé par les troupes de Napoléon qui ont été envoyées pour reprendre Saint Domingue. Louverture mourut dans une prison française, mais l’un de ses généraux, Jean-Jacques Dessalines, mena les forces de l’homme à la victoire à la bataille de Vertières en 1803. Le jour de l’an 1804, Haïti devint la première république noire lorsque Jean Jacques Dessalines renomma la colonie et déclare son indépendance. Les historiens considèrent la Révolution haïtienne comme la rébellion d’esclaves la plus réussie du monde occidental, son impact se faisant sentir à travers les Amériques.

2. La révolution chinoise (1911)

Toujours selon Whelan (2020), en raison d’une série de guerres ratées, la dynastie Qing perdait rapidement de son importance en Asie. Les frustrations à l’échelle nationale ont rapidement suscité des pensées rebelles parmi les citoyens ordinaires. En conséquence, dans les premières années du XXe siècle, l’Alliance révolutionnaire a été formée dans le but d’abolir le système impérial. Surnommé le Père de la Nation, le politicien et médecin Sun Yat-sen a joué un rôle déterminant dans le mouvement. Plusieurs révoltes ont été lancées, qui ont toutes été réprimées par l’armée Qing. Mais à l’automne 1911, un soulèvement à Wuchang renversa la vapeur. Dans l’intérêt d’arrêter l’effusion de sang, le tribunal Qing a commencé à discuter de la possibilité d’une monarchie constitutionnelle, allant jusqu’à nommer Yuan Shikai comme nouveau premier ministre. Même avec la promesse de réforme, les différentes provinces chinoises ont déclaré leur allégeance à l’Alliance révolutionnaire. Les représentants des provinces se sont réunis pour la première assemblée nationale où ils ont élu Sun Yat-sen comme président provisoire de la nouvelle République de Chine. En 1912, l’empereur abdique du trône, mettant fin au système impérial et au règne séculaire de la dynastie Qing. Après négociation, Yuan Shikai a accepté la formation de la République tant qu’il a été nommé le premier président officiel. La révolution de 1911 a été un moment critique de l’histoire chinoise en raison de la manière dont elle a ouvert la voie à la révolution communiste chinoise en 1949, un soulèvement qui a établi la République populaire de Chine sous le règne de Mao Zedong.

1. La révolution russe (1917)

Pour Whelan (2020), au début du XXe siècle, la Russie était l’un des pays les plus sous-développés et les plus pauvres d’Europe. En difficulté à cause de l’état de leur pays, les travailleurs ont protesté contre la monarchie en 1905, ce qui a conduit au massacre du Bloody Sunday et à un soulèvement raté. Néanmoins, la ferveur révolutionnaire n’était pas facile à oublier. La Première Guerre mondiale a paralysé l’économie russe et entraîné un nombre élevé de morts. Le tsar Nicolas II a quitté le pays pour commander l’armée et inspirer ses troupes, mais il s’est avéré être un chef inefficace. De plus, il a laissé le pays entre les mains de sa femme, une femme d’origine allemande, impopulaire parmi la population, qui était sous l’influence de Grigori Raspoutine, mystique russe et prophète autoproclamé. Pendant la révolution de février 1917, les manifestants sont de nouveau descendus dans les rues de Petrograd, l’actuel Saint-Pétersbourg. Contrairement à la révolution de 1905, cependant, ils furent cette fois rejoints par un nombre important de soldats qui avaient perdu confiance en leur dirigeant. Quelques jours après la formation du nouveau gouvernement provisoire, le tsar Nicolas II abdique du trône, mettant fin à la dynastie des Romanov et au système impérial. Mais cela n’a pas marqué la fin de l’histoire révolutionnaire de la Russie. Composé de membres de la bourgeoisie, le nouveau gouvernement a continué à soutenir l’effort de guerre dans la Première Guerre mondiale toujours en cours, qui n’a fait qu’aggraver l’économie du pays. Pendant la révolution d’octobre 1917, les révolutionnaires dirigés par le parti bolchevique de gauche et leur chef Vladimir Lénine ont pris d’assaut le palais d’hiver, prenant le pouvoir au gouvernement provisoire lors d’un coup d’État net. Lénine a défendu un nouveau gouvernement soviétique dirigé non pas par des capitalistes, mais par un collectif de paysans, d’ouvriers et de soldats. Malgré ses efforts, la révolution n’a pas été largement adoptée en dehors de Petrograd par les loyalistes impériaux restants. Pendant cinq ans, la guerre civile a dévoré la Russie, aboutissant finalement à une victoire de Lénine et à la création de l’Union soviétique.

En quoi la révolution haitienne se revelerait la révolution la plus importante qui a façonné l’histoire du monde ? 

D’après les faits historiques, la révolution haitienne se revelerait la révolution la plus importante qui a façonné l’histoire du monde. Commençons par le début de l’histoire.

La période coloniale 1492 à 1803 marque la colonisation d’Haïti en passant par deux (2) principales colonisations à savoir celle des Espagnols et celle des Français. Pour la première fois, l’île d’Haïti a été conquise par les espagnols qui la découvraient en 1492. L’arrivée des espagnols dans l’’île allait compromettre les tissus sociaux, économiques et politiques au point que la population autochtone diminuait considérablement vu les nouvelles conditions de travail auxquelles ils ne pouvaient pas s’adapter. Ces autochtones consistaient le pilier sur lequel la métropole espagnole comptait en termes d’exploitation des mines d’or de la colonie aux fins d’enrichir l’Espagne (la métropole). Vu la diminution des populations autochtones en raison de l’imposition du mercantilisme, de la destruction des leaders indiens et des valeurs autochtones, la métropole procédait à la traite négrière qui consistait en un trafic d’êtres humains d’Afrique vers la colonie espagnole.

Sous la pression des aventuriers français (flibustiers et boucaniers), l’ile allait se diviser en deux en 1697. De ce fait, la partie Ouest, Haïti ainsi connue actuellement, fut accordée à la France, alors que la partie Est, la République dominicaine ainsi connue actuellement fut gardée par les Espagnols de l’époque. Cet accord fut signé entre les espagnols et les français par le Traité de Ryswick. Dans la partie Ouest, les français misaient sur le secteur agricole en lieu et place de l’exploitation des mines d’or que prônaient les espagnols. Ainsi, le nombre d’esclaves dans la colonie française allaient augmenter considérablement.

Dans la colonie, il y avait trois classes : les blancs, les affranchis et les esclaves. De ces trois classes, la classe la plus exploitée avait une supériorité numérique par rapport aux deux autres classes exploiteuses. De cette période coloniale, Haïti fut la plus prospère de toutes les colonies européennes avec des industries (Caféteries, indigoteries, cotonneries, sucreries) partout à Saint-Domingue. De toutes les colonies françaises des Antilles, Haïti exportait 4/5 des denrées vers la France. Néanmoins, la colonie a été très instable en termes de discrimination raciale. Ce qui allait diviser la colonie en trois classes ethniques : les blancs, les mulâtres et les noirs. Par ailleurs, entre chacune de ces trois classes, il y avait toujours des facteurs de différenciation. Dans la classe des blancs, ils n’ont été exemptés d’aucun droit et privilège si ce ne sont des restrictions de l’administration coloniale. Dans la classe des affranchis, ils jouissaient certains droits aussi. Alors que les esclaves étaient les seuls à jouir aucun droit dans la colonie. Car, les esclaves consistaient comme des biens meubles. Malgré cette structure coloniale, il y a avait toujours des désirs dans toutes les classes de graver d’échelons. Ce qui allait provoquer une instabilité multidimensionnelle à nulle autre pareille dans la colonie en attaquant son propre fondement. Des formes de rebellions ont été initiées par toutes les classes en vue d’atteindre leur objectif de classe. De toutes ces formes de rebellions, une seule allait vraiment mettre en péril la colonie : le marronnage qui consistait à l’abandon des champs de travail par la fuite des esclaves vers des montagnes, plaines ou banlieues. Considérant les mesures sévères qui ont été prises par l’administration coloniale pour éviter la fuite des esclaves allant jusqu’à la peine de mort et autres sanctions pénibles, cette forme de rébellion allait fonder sur des principes existentiels et organisationnels, à savoir, l’autosubsistance, l’autonomie et l’autodéfense tout en créant de plus grands enjeux à l’administration coloniale.

Vers la fin du 18e siècle, le marronnage allait devenir un mouvement généralisé dans toute la colonie et remet en cause l’ordre économique de la métropole qui reposait directement sur les esclaves. De là, le mouvement dirigeait droit vers la destruction du système esclavagiste qui consistait l’intrant sur lequel la colonie produit de l’extrant. Le marronnage des esclaves commençait à provoquer une faillite dans la colonie qui reposait sur la culture de rente, alors qu’avec le marronnage, la polyculture vivrière, le petit élevage et la cueillette allaient être très rependues aux fins d’autosubsistance. Au lieu de se plier aux conditions inhumaines que les infligent les colons français, les esclaves préféraient prendre la fuite (marronnage) en vue d’attaquer le fondement du système esclavagiste colonial au point de la productivité pour la métropole. Il faut mentionner que le marronnage est un mouvement radical visant une préparation et une conscience vers l’élimination du système colonial, esclavagiste et racial. C’est à ce stade qu’on surnomme la lutte des marrons comme étant une lutte suicidaire dans le sens qu’elle élimine tout qui obstrue son passage vers la liberté et l’indépendance, que ce soit blancs, affranchis, noirs et créoles, voire leurs enfants. Pendant toute la période de marronnage, les esclaves étaient soudés entre eux par des liens du vaudou et du créole. Les esclaves en fuite préféraient le vaudou en place de la religion catholique du fait que cette dernière joue une partition dans le système esclavagiste et colonial.

Sous des menaces de l’administration coloniale, dans la nuit du 13 au 14 août 1791, au Morne-Rouge dans la Plaine-du-Nord, les esclaves se réunissaient aux fins de planifier les dates de la révolte dans la colonie et en vue d’une insurrection générale des esclaves. Conscients de ne pas pouvoir rester éternellement en marronnage (fuite des colons français), les esclaves, dans la nuit du 22 au 23 août 1791, commençaient la révolte dans la province du Nord. Pour ce, les esclaves attaquent le fondement social et économique de la colonie en détruisant beaucoup de champs de plantations. Après plusieurs commissions déléguées (de Santhonax, Polverel) dans la colonie de Saint-Domingue, considérant l’ampleur du mouvement des esclaves qui pouvaient tout détruire pour éliminer le système esclavagiste, colonial et raciste, la métropole française n’avait pas d’autres choix que de proclamer la liberté générale le 29 août 1793. Parallèlement, il faut mentionner le travail stratégique de Toussaint Louverture dans la conjoncture de révolte et de liberté dans la colonie. Car, Toussaint Louverture se révèle un précurseur à l’indépendance de la colonie au point de défendre la colonie auprès de la métropole et de rétablir l’ordre tout en prenant compte des doléances des esclaves. Les relations qu’ont eues Toussaint Louverture avec la métropole ont été plus ou moins cordiales dans la mesure où il était considéré comme le gouverneur de la colonie à une certaine époque. En somme, la Constitution de 1801 de Toussaint Louverture allait permettre aux anciens colons qui avaient perdu leurs terres lors de l’insurrection générale des esclaves en 1791 de les récupérer. Cependant, la force motrice (les esclaves) qui devrait faire marcher les exploitations n’existait pas en grande partie. Donc, voulant définitivement résoudre cette crise dans la colonie, la reforme de Toussaint Louverture allait diviser une nouvelle fois la colonie déjà instable en deux classes, dont la classe des dirigeants et la classe des masses paysannes. De là, abandonnés par les nouveaux affranchis dans cette lutte, les paysans et les marrons ne tendaient pas abaisser les bras. Malgré la proclamation de la liberté générale des esclaves le 29 août 1793, la révolte allait continuer dans le but d’accéder à l’indépendance de la colonie entièrement. De ce fait, sous le haut commandement de Jean-Jacques Dessalines, d’Henri Christophe, d’Alexandre Pétion, etc., les esclaves organisaient une armée des indigènes dans le but de combattre l’armée napoléonienne (française). 

REFERENCES 

Whelan, N. (2020). The most important revolutions that shaped world history. 

ÉDITEUR / ÉDITRICE

Tagged
Marc-Donald VINCENT
Marc-Donald Vincent est spécialiste en gestion de projets. Il a obtenu un baccalauréat en sciences agricoles en 2016, un diplôme d’études supérieures spécialisées (D.E.S.S.) en gestion des projets d'architecture et d'aménagement en 2020 et une maîtrise (M.Sc.A) en gestion de projets en 2021. Après son stage de recherche à Polytechnique Montréal, il poursuit sa recherche doctorale en sciences de la gestion en Haïti.
https://www.lescientifique.org