Haïti : le plan décennal d’éducation et de formation (PDEF) face aux défis économiques

BLOG

Le 7 janvier 2021, le ministère de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle (MENFP) a présenté au grand public le Plan Décennal d’Éducation et de Formation (PDEF) pour la période 2020-2030, un document-clé de politique publique destiné à remodeler le secteur éducatif haïtien. Le PDEF se veut une réponse aux besoins pressants d’Haïti en matière d’éducation, tout en s’alignant sur les engagements nationaux et internationaux envers une éducation de qualité pour tous.

Le Plan Décennal d’Éducation et de Formation (PDEF) d’Haïti, couvrant la période de 2020 à 2030, a été élaboré avec une ambition claire : transformer le système éducatif haïtien pour le rendre plus accessible, équitable et performant. Cependant, ce plan ambitieux est confronté à un défi économique majeur : la volatilité du taux de change entre la gourde haïtienne (HTG) et le dollar américain (USD). Actuellement, il faut environ 140 gourdes pour un dollar US, alors que le PDEF a été conçu en supposant un taux de 72 HTG pour un dollar US. Comment le pays peut-il surmonter ce défi financier tout en poursuivant ses objectifs éducatifs essentiels ?

La situation économique délicate d’Haïti

La situation économique d’Haïti est complexe, caractérisée par une instabilité politique et une inflation persistante. L’une des conséquences les plus préoccupantes de cette instabilité est la dépréciation rapide de la gourde par rapport au dollar américain. Cette réalité économique a des implications majeures pour le financement du PDEF, car une grande partie des ressources nécessaires pour sa mise en œuvre dépendent des contributions en gourdes. Pour surmonter ce défi, voici quelques solutions pratiques qui pourraient être envisagées.

Révision des prévisions financières

Pour faire face à cette réalité, une première étape cruciale serait de réviser les prévisions financières du PDEF. Les montants initialement prévus en dollars américains doivent être ajustés en fonction du taux de change réel. Par exemple, un programme évalué à 100 millions de dollars américains nécessiterait désormais environ 14 milliards de gourdes, compte tenu du taux de change actuel. Cette révision garantirait que les ressources allouées au plan restent adéquates malgré la fluctuation du taux de change.

Diversification des sources de financement

Il est également essentiel de diversifier les sources de financement du PDEF. Outre les contributions du Trésor public et du Fonds national de l’éducation (FNE), le pays pourrait rechercher des financements supplémentaires auprès de partenaires internationaux, tels que les organisations multilatérales (comme la Banque mondiale et la Banque interaméricaine de développement) et les ONG. La mobilisation de ressources externes pourrait aider à atténuer les impacts des fluctuations du taux de change. Les négociations avec ces partenaires doivent être intensifiées pour garantir un soutien financier continu.

Surveillance et gestion rigoureuse

Une gestion financière transparente et rigoureuse est cruciale. Des mécanismes de contrôle financier doivent être mis en place pour garantir que chaque gourde allouée au PDEF est utilisée de manière stratégique. La transparence dans l’utilisation des fonds est essentielle pour maintenir la confiance des partenaires et des citoyens. Un suivi constant des dépenses et une évaluation régulière des progrès sont également indispensables pour s’assurer que le financement est utilisé efficacement.

Adaptation aux tendances économiques

Le PDEF doit être suffisamment souple pour s’adapter aux fluctuations économiques. Les prévisions financières doivent être révisées périodiquement en fonction de l’évolution du taux de change et des tendances économiques nationales et mondiales. Cette adaptation constante garantira que le plan reste viable malgré les défis économiques. Le gouvernement haïtien doit également envisager la création d’un fonds de stabilisation pour atténuer les impacts des variations du taux de change sur les projets éducatifs.

Mobilisation des ressources locales

Parallèlement, il est crucial d’explorer la mobilisation de ressources locales. Le secteur privé haïtien peut être encouragé à investir dans l’éducation, établissant ainsi un lien entre l’éducation et le développement économique. La collaboration entre le gouvernement et les entreprises locales peut jouer un rôle clé dans le financement du PDEF. Des incitations fiscales ou des partenariats public-privé pourraient être envisagés pour encourager davantage d’investissements privés dans l’éducation.

Conclusion

Le PDEF d’Haïti est un plan ambitieux qui vise à transformer le système éducatif du pays. Cependant, la volatilité du taux de change présente un défi majeur en matière de financement. En révisant les prévisions financières, en diversifiant les sources de financement, en surveillant de près les dépenses, en s’adaptant aux tendances économiques et en mobilisant des ressources locales, le pays peut relever ce défi économique. L’objectif d’une éducation de qualité pour tous les Haïtiens reste à portée de main, même dans un contexte économique difficile. Avec une gestion financière prudente et une mobilisation de ressources efficace, le PDEF peut contribuer à l’édification d’un avenir éducatif meilleur pour les générations futures d’Haïti.

Références

Séguy, Franck. (2021). Penser l’avenir de l’éducation en contexte de pandémie. Port au prince, Haïti : UNESCO.

Ministère de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle (MENFP). (2020). Plan décennal d’éducation et de formation (PDEF). Port-au-Prince, Haïti. Décembre 2020.

ÉDITEUR / ÉDITRICE