Dans sa lutte contre Haïti, Abinader n’a rien gagné

Blog

À l’automne 2022, le gouvernement de Luis Abinader a décidé de considérer la menace haïtienne contre la République dominicaine comme le problème le plus grave et a lancé des discours et des agitations visant à promouvoir une agression armée contre Haïti.

Au même moment, Ariel Henry, le médecin qui a usurpé le rôle de Premier ministre d’Haïti depuis l’assassinat du président Jovenel Moïse le 7 juillet 2021, a demandé aux Nations Unies d’envoyer des troupes étrangères pour contenir les bandes armées qui menaçaient le pays.

Abinader et Henry avaient tous deux des raisons très personnelles d’appeler à l’agression contre le courageux peuple haïtien.

Abinader dirigeait le gouvernement du « changement » depuis plus de 3 ans s et le pays s’est embourbé dans une spirale inflationniste incontrôlable, une paralysie productive exceptionnelle et une absence de réalisations tangibles à démontrer pour oser parler de réélection.

La question haïtienne y est apparue comme un moyen d’exploiter les sentiments nationalistes pour présenter Abinader comme un gladiateur capable de réprimer la « menace » haïtienne.

Les causes et les objectifs du « combat » avec Haïti ont été clairement identifiés du côté du gouvernement Abinader et de son parti (PRM).

Les motivations d’Ariel Henry

De ce côté du mur, Henry usurpait depuis 15 mois un gouvernement que le peuple haïtien ne lui avait pas donné. Les gangs exigeaient qu’il participe à un gouvernement qui prolongeait sa « transition » et il a refusé parce que le gâteau n’est que pour son groupe et l’oligarchie, ont lancé de multiples actions de contrôle territorial, d’enlèvements, d’assassinats de policiers et de paralysie des services.

Abinader et Henry avaient tous deux des raisons très personnelles d’appeler à l’agression contre le courageux peuple haïtien.

Abinader dirigeait le gouvernement du « changement » depuis 26 mois et le pays était embourbé dans une spirale inflationniste incontrôlable, une paralysie productive exceptionnelle et une absence de réalisations tangibles à démontrer pour oser parler de réélection.

La question haïtienne y est apparue comme un moyen d’exploiter les sentiments nationalistes pour présenter Abinader comme un gladiateur capable de réprimer la « menace » haïtienne.

Ayant perdu la guerre face aux gangs, Henry n’a eu d’autre choix que de recourir à la décision déshonorante d’appeler à une agression armée contre son propre pays.

Et Henry demande l’invasion armée dans un double but : mettre les gangs aux prises avec les troupes envoyées par l’ONU et prolonger un mandat d’usurpation sans avoir à soumettre son pouvoir au contrôle du peuple.

Correspondance complète

Abinader veut rester ici encore quatre ans, jusqu’aux élections de mai 2024, et Henry veut rester à la tête d’Haïti par une agression armée qui déclenche une guerre irrégulière et rend impossible le choix des autorités légitimes dans un calendrier électoral.

Je ne dis pas qu’Abinader et Henry ont discuté d’un plan à Los Angeles lors du Sommet des Amériques. Non! Je maintiens que tous deux veulent rester au pouvoir et utiliser la crise haïtienne à cette fin, même si ce n’est pas une tactique moralement valable et bien moins susceptible de réussir.

Lors de ces funérailles, ceux qui cherchent à gagner plus ont aussi des bougies : Le Core Group composé des États-Unis, de la France et du Canada, qui veut s’approprier les ressources minières et logistiques d’Haïti, mais sans s’encombrer des problèmes des Haïtiens.

L’objectif de ces pouvoirs est clair : saigner à blanc Haïti, provoquer son exode vers la République Dominicaine, maintenir le territoire sans un gouvernement légitime que la population respecte et soutient, sans police, sans parlement, sans presse libre, sans mouvements sociaux.

Un territoire avec plus de dix millions d’habitants pauvres qui exploitent de vastes richesses minières, mais sans la force de s’opposer aux nouvelles obstructions systématiques. Comme cela arrive toujours : face à un objectif aussi macabre que celui de demander d’envoyer des mercenaires en Haïti pour tuer alors que cette ville a besoin de médecins et de lits d’hôpitaux ; du lait, des haricots et de la viande pour pallier le manque de nourriture ; écoles, enseignants, ordinateurs et techniciens pédagogiques ; engrais, tracteurs, semences et systèmes d’irrigation ; financement direct aux petits producteurs et entreprises, entre autres, la main de Dieu ne peut pas bénir ces objectifs et les bons enfants du Seigneur ne seront pas complices de ce type de génocide.

Accélérer le rythme

Entre octobre et février 2022, les cris d’Abinader, Roberto Álvarez et Ariel Henry à l’ONU, à l’OEA et d’autres scénarios demandant d’envahir Haïti sont tombés dans l’indifférence et personne en Amérique n’est prêt à mettre ses troupes dans ce bourbier.

Après quatre mois à crier dans le désert, le 27 février 2023, Abinader s’est adressé à la réunion conjointe des députés et sénateurs pour demander une sorte de pacte national pour défendre la souveraineté.

Les grands partis n’ont pas mordu à l’hameçon et ont refusé de s’engager dans le train caché de la réélection au nom de la menace haïtienne, mais leurs sièges ont été occupés par une ribambelle de d’opportunistes a la recherche de poste, de privilèges au sein de tous les gouvernements.

Depuis lors, quel est le resultat du pacte de souveraineté et d’agression militaire contre Haïti ? Seulement des mots creux.

Le canal de la Rivière du massacre

En août dernier, les Haïtiens ont relancé à toute vapeur la construction du canal d’irrigation sur la rivière Masacre et immédiatement le ministère des Affaires étrangères a « ordonné » à Haïti d’arrêter les travaux en violation des accords binationaux.

La construction ne s’est pas arrêtée et le gouvernement Abinader a averti qu’il fallait arrêter les travaux, sinon il y aurait de graves conséquences.

Deux semaines plus tard, les « conséquences » sont arrivées. Abinader a ordonné la fermeture totale « par voie aérienne, maritime et terrestre » des frontières avec Haïti jusqu’à paralyser le canal.

Le calcul du gouvernement du PRM était qu’avec la fermeture de la frontière, Haïti devrait arrêter le canal, venir en pénitence au bord du mur et s’excuser pour son mauvais comportement, ce qui signifiait qu’Abinader pourrait être couronné comme le premier dirigeant dominicain à mettre Haïti à genoux.

Et c’était plus le cas. Il a fixé les limites : il a promis de ne pas rouvrir la frontière tant que le canal ne serait pas paralysé, de ne pas permettre le passage des personnes sans se soumettre à des enregistrements biométriques et de maintenir des milliers de soldats en service de combat pour imposer l’ordre.

Les mesures du gouvernement Abinader ont provoqué la paralysie du commerce et de la production de centaines de petites entreprises, de producteurs de fruits, d’aviculteurs, d’exportations d’imprimés, de plastiques, de pâtes alimentaires, de graisses et de toutes sortes de marchandises, avec des pertes importantes et un mécontentement massif.

Sans que les Haïtiens n’aient jamais imploré ce pays de rouvrir la frontière et de leur « pardonner », Abinader s’est retrouvé poussé (par les États-Unis et par la crise qu’ils ont provoquée) à rouvrir unilatéralement la frontière par voie aérienne, maritime et terrestre, alors que le canal est toujours en en construction et c’est maintenant un méga projet incomparable à celui démarré en août.

Alors qu’Abinader ordonnait d’ouvrir les portes de la frontière, le gouvernement haïtien a répondu en restreignant le passage des marchandises dominicaines sur son territoire.

C’était une époque douloureuse où les Dominicains voulaient vendre et les Haïtiens ne pouvaient pas acheter car ils refusaient l’enregistrement biométrique.

La veille de Noël, les autorités haïtiennes ont autorisé leurs commerçants à entrer à Dajabón pour acheter et ils l’ont fait en masse, si bien que les estimations parlent de dizaines de milliers de personnes qui sont entrées et sorties chargées de marchandises.

Naturellement, sans procéder à l’enregistrement biométrique, ce qu’Abinader avait promis était « non négociable », car en termes de transit des personnes, « la frontière ne sera pas la même ».

Le conflit avec Haïti n’a laissé aucune victoire à Abinader et à sa réélection.

ÉDITEUR / ÉDITRICE

Tagged