Crise frontalière : notes sur les positions du Secteur Privé de Port-au-Prince

Le Scientifique

Suite aux initiatives des paysans de la Plaine Maribaroux des communes de Ferrier et Ouanaminthe pour relancer le projet de construction du Canal sur la Rivière Massacre, le Gouvernement du Président Abinader a formulé de vives protestations et entrepris des actions considérées comme un casus belli contre Haïti. En effet le Président de la République Dominicaine (RD) a déployé ses forces armées et fermé ses frontières maritimes, terrestres et aériennes avec Haïti.

La fermeture unilatérale des frontières par la RD a surtout provoqué la rupture des relations commerciale des deux pays. En retour, la population haïtienne offusquées par cette décision unilatérale ont procédé a la fermeture de leurs frontières, ignorant la flexibilité du Gouvernement Dominicain qui a été obligé de rouvrir les siennes suite aux pressions des producteurs dominicains menacés de faillite dans les secteurs de l’élevage et de l’agro-industrie.

Tous les secteurs de la vie sociale et politique en Haïti se sont prononcés sur cette crise diplomatique et commerciale avec le Gouvernement dominicain, sauf les grands décideurs économiques qui sont toujours au rendez-vous dans la conclusion d’accords improductifs et combines avec le régime corrompu d’ Aryel Henry. En effet, le comportement arrogant du Président Abinader est butté sur un niveau d’unité historique rarement atteint dans notre histoire de vie de peuple.

Grande fut notre surprise de constater en date du 13 octobre une note de l’Association des Industries d’Haïti (ADIH) se positionnant sur une crise de plus d’un mois avec la RD. Sans apporter aucune contribution financière a l’œuvre citoyen de construction du canal comme une grande majorité de secteurs organisés de la vie nationale, cette position a soulevé beaucoup d’interrogations de la part de beaucoup de secteurs progressistes.

Il est tout aussi important de relater en date du 6 octobre 2023, une rencontre sur la crise entre le Ministère du Commerce et un groupe du secteur des affaires, regroupés pour la plupart au sein du groupe Makaya. Ce groupe actuellement remporte le palme des personnes sanctionnées pour grande corruption et complicité avec les bandits par les Etats Unis, le Canada et les Nations Unies. On doit aussi ajouter que cette rencontre fut organisée dans l’exclusion totale des entrepreneurs des régions.
En effet, cette réflexion présente un ensemble de considérations sur la note de l’ADIH et la démarche d’exclusion de l’oligarchie de Port-au-Prince avec le Ministère du Commerce.

  1. Ce secteur privé s’est toujours comporté historiquement contre les intérêts de la nation. Une élite économique responsable n’aurait jamais parrainé un fou et un bandit comme Michel Martelly sans plan ni vision d’accéder à la tête d’un pays venant peine de sortir d’un séisme dévastateur en 2010. Avec Martelly, ils ont été les acteurs directs du chaos engendré par le régime Tetkale
  2. Ce secteur privé ne pense qu’a ses intérêts de monopole. Dans son livre « Économie de la violence », Fritz Jean a démontré à travers le système de « capture de l’État » comment ce secteur a pris le contrôle des institutions étatiques au profit de ses intérêts de clan. Pendant le règne criminel du régime Tetkale, ils ont développé un rapport incestueux avec ce pouvoir.
  3. À travers la note de l’ADIH et la rencontre avec le Ministère du Commerce, l’oligarchie veut profiter de manière intelligente de l’unité du peuple haïtien sur la construction du canal pour monopoliser le circuit de distribution des échanges commerciaux avec la RD, éliminer les petits commerçants haïtiens, les petits producteurs dominicains et les entrepreneurs des chambres régionales de commerce. Ils privilégieront le commerce maritime pour se convertir en revendeurs des produits dominicains et surtout rentabiliser leurs ports privés.
  4. L’absence d’une culture d’investissement et de risque est la raison qui explique la forte dépendance de l’économie haïtienne à la RD. En plus, ce sont des réfractaires aux investissements directs étrangers. Ils se sentent plus confortables dans un féodalisme économique comme forme de création de richesse en soutenant historiquement les différents pouvoir corrompus, spécialement celui d’Ariel Henry, accusé de complicité dans le meurtre de Jovenel Moïse et de liens avec des gangs.
  5. La résistance contre le Président Abinader est due à son comportement raciste et disproportionné, pensant affamer le peuple haïtien en fermant sa frontière et déployant son armée pour un fait banal. Il existe historiquement une entente naturelle entre les deux peuples de la frontière, de par ses préjugés raciaux même avec ses compatriotes, Abinader ne comprendra jamais la profondeur et subtilité de ces relations.
  6. Nous vivons un grand moment de crise depuis la dictature des Duvaliers, il est clair que la migration haïtienne dans les grands moments de convulsions exerce aussi un impact négatif sur certains secteurs d’activités en RD. Toutefois, on ne doit garder sous silence le rôle des mafieux diplomatiques et militaires en RD dans le commerce des clandestins et la vente de visas qui arrivent a couter la somme exorbitante de (1 000.00) mille dollars USD.
  7. Deux peuples vivant sur ile devraient développer une relation harmonieuse, l’entreprise de haine a toujours été alimentée historiquement par une clique oligarchique au niveau des deux pays. Dans ce cadre, les échanges commerciaux procurent des avantages mutuels et contribuent à promouvoir la compréhension pour réduire cette entreprise de haine des Ultranationalistes. Aucun des deux pays n’a intérêt à la cessation des relations commerciales.
  8. Le nationalisme de l’un des deux pays ne constitue et ne doit constituer l’exclusion de l’autre. Dans l’ère de la Globalisation, la différence est une richesse. Durant la Guerre de la Restauration en RD, Francisco del Rosario Sánchez, l’un des pères fondateurs de la Nation Dominicaine en entrant en Haïti en 1859 déclarait : « J’entre en Haïti parce que c’est le seul moyen de pénétrer en RD, si on me critique, dites les que je suis du drapeau dominicain. Cela n’a pas affecté pour autant l’aide en arme, en hommes et en munitions des Haïtiens aux dominicains dans leur guerre contre l’Espagne. L’histoire d’Haïti est ponctuée de coopération avec d’autres peuples et Haïti a toujours pratiqué un nationalisme ouvert.

Auteur / autrice

  • Jean Gary DENIS

    Jean Gary DENIS Sociologue et Historien ______________________ LE SCIENTIFIQUE comme son nom l’indique est une revue de presse scientifique dont sa mission principale est de servir les communautés mondiales en quête de savoir et d’informations, c’est-à-dire du savoir scientifique et socioprofessionnel pour comprendre l’évolution de l’humanité, interpréter les phénomènes qui se développent dans leur environnement dans un esprit scientifique. En d’autres termes, la revue publie des articles scientifiques, professionnels et populaires selon les principes déontologiques, les normes méthodologiques APA. La revue LE SCIENTIFIQUE est diffusée au format électronique grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). Elle s’adresse aux lecteurs et aux internautes du monde entier et propose deux articles au moins par semaine autour des questions scientifiques, professionnelles et populaires. La revue est publiée sur le web et également diffusable par email.

    Voir toutes les publications
Tagged