UPSEJ : Le rectorat renforce la recherche et la formation continue

BLOG

Dans un contexte où le nombre d’étudiants gradués suite à la présentation de leurs mémoires est très faible en Haïti, la question de méthodologie et de guide de rédaction de mémoire fait surface. Ainsi, des universités imposent beaucoup de rigueurs en ce qui concerne la recherche académique, la formation continue des professeurs et l’enseignement des étudiants. Dans ce contexte, les universités publiques haïtiennes essaient de s’adapter aux missions de l’université étant l’enseignement, la recherche et la contribution sociale et développementale (Brundenius & Göransson, 2011). Face à ces défis, il est nommée une nouvelle rectrice à l’Université Publique du Sud-est à Jacmel (UPSEJ) le 21 décembre 2023 suite à un concours méritocratique du Ministère de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle (MENFP). À cet effet, la nouvelle rectrice Magdala Jean Baptiste (Ph. D.) fait de la recherche et de la formation continue ses principaux défis. Pour ce faire, le rectorat mise sur la formation continue pour les finissants qui n’ont pas encore débuté la rédaction de leur projet de mémoire, la formation continue du personnel professoral et l’organisation d’ateliers avec les professeurs de l’UPSEJ pour mieux les impliquer dans les nouvelles directives de recherche académique et pour concevoir un guide unique de rédaction de mémoire à l’UPSEJ.

Dans l’objectif d’accroître le nombre de gradués à l’Université Publique du Sud-est à Jacmel (UPSEJ), le rectorat a procédé à la mise à jour des politiques d’accès au grade de licence de concert avec le Ministère de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle (MENFP). Naturellement, pour avoir accès à la cérémonie de collation de grades ou de graduation de fin d’études dans de nombreuses universités publiques et privées haïtiennes, il suffisait de terminer de suivre tous les cours ou crédits avec une note satisfaisante. Néanmoins, certains ne voient jamais leur diplôme de licence à defaut de produire et présenter leur mémoire. Consciente de cette problématique, la nouvelle administration de l’UPSEJ exige aux étudiants la production et la présentation de leurs mémoires de licence comme exigence de graduation et pour l’obtention du diplôme de licence. Cette décision aidera dans le renforcement de la recherche universitaire et dans la graduation des professionnels avec un vrai grade de licencié dans divers domaines. Car, les grades universitaires (niveau d’études) en Haïti sont la licence (grade de premier cycle), le DESS et la maîtrise (grade de deuxième cycle) et le doctorat (grade de troisième). Dorénavant, l’accès au diplôme de licence et la participation à une cérémonie de graduation exigent la production d’un mémoire de recherche et sa présentation avec succès devant un jury.

Pour faciliter une meilleure production de mémoires à l’UPSEJ, plusieurs décisions sont prises. Ces décisions œuvrent dans la formation continue des finissants et dans le renforcement des compétences des professeurs.

Formation continue pour les finissants

La formation continue pour les finissants se déroulait à l’Université Publique du Sud-est à Jacmel (UPSEJ). Comme mode d’apprentissage, cette formation continue a été réservée aux étudiants qui n’ont pas encore produit leurs mémoires. Elle a permis d’améliorer leurs compétences et de leur transférer de nouvelles connaissances en matière de méthodologie de recherche selon le guide de présentation du mémoire de l’Université.

Alors que plus de 300 étudiants ont participé à cette séance de formation pendant plusieurs jours, le rectorat félicite l’entraide et l’expertise du Professeur Jacques Abraham (Ph. D.) qui a rendu services à la communauté de l’UPSEJ bénévolement. Les séances qu’il a animées portaient sur la réalisation des travaux de mémoire des étudiants de l’UPSEJ au premier cycle universitaire (licence).

Renforcement des compétences des professeurs

Parallèlement à notre observation et à l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), le nombre d’étudiants et les attentes des employeurs envers les jeunes diplômés ne cessent de croître. Ainsi, il revient de placer les enseignants-chercheurs encadrant les étudiants comme des facilitateurs du fait de leur rôle majeur à jouer dans l’accompagnement des étudiants dans la réalisation de leurs travaux de fin d’études universitaires. Dans cette optique, le rectorat a aussi réalisé une séance de formation dédiée à 40 professeurs-encadrants (directeurs de mémoire) pendant une journée sur les principes de direction des travaux de recherche des étudiants. Cette formation aidera les professeurs encadrants à mieux comprendre les attentes des étudiants par rapport à leur projet de mémoire. Ensuite, elle aide les professeurs encadrants à mieux développer une relation de confiance et de collaboration avec les étudiants tout en faisant preuve de pédagogie, de patience et de gestion du temps et de l’efficacité des ressources. Tenue sous la coordination de la rectrice le 1er avril 2024, cette formation a été animée par Docteur Jacques Abraham de manière bénévole.

En outre, les professeurs et le personnel administratif de l’UPSEJ sous la coordination de la rectrice, Docteure Magdala Jean Baptiste, ont travaillé pendant une journée d’ateliers sur le guide de présentation de mémoire de licence à l’UPSEJ y compris les normes à respecter lors de la production d’un mémoire. Les discussions rentraient dans une démarche participative et permettent au rectorat de doter l’UPSEJ d’un guide unique de présentation de mémoire.

Entre autres, il est à remarquer sept (7) professeurs de l’UPSEJ ont participé dans une séance de formation avec l’AUF pendant 4 jours sur la réalisation d’un mémoire du 8 au 11 avril 2024. À l’issue de cet atelier, les participants de l’UPSEJ seront en mesure d’identifier les différentes étapes de l’encadrement d’un travail de fin d’études, de définir les objectifs et les attentes d’un travail de fin d’études, de construire un plan de travail et un calendrier précis, d’animer des réunions de suivi et apporter un feedback constructif aux étudiants, de gérer les conflits et les difficultés, et d’évaluer les travaux de fin d’études de manière rigoureuse et constructive. Les grandes thématiques abordées lors de cette formation sont :

  • Les « éternels étudiants finissants » & les pratiques d’enseignement et d’évaluation des cours de méthodologie dans les universités en Haïti ;
  • Structure d’un mémoire ;
  • La problématique : le contenu, l’enseignement et l’évaluation ;
  • Le cadre théorique et conceptuel : le contenu, l’enseignement et l’évaluation ;
  • La revue de littérature (recension des écrits) et Démarche méthodologique ;
  • Le traitement et l’analyse des données ;
  • Accompagnement des étudiants et la soutenance.

Rappelant que le rectorat est la plus haute instance exécutive de l’Université Publique du Sud-est à Jacmel (UPSEJ), elle se trouve sous la hiérarchie du Ministère de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle (MENFP). Considérant le nombre d’étudiants n’arrivant pas boucler leurs études à cause d’une carence de culture en rédaction de mémoire, le rectorat se donne pour mandat de coordonner et d’orienter l’ensemble des activités de recherche de l’Université. Sur ce, le rectorat cherche à institutionnaliser la recherche en adéquation avec la Société. Il cherche à faire de l’UPSEJ un espace réunissant des facultés productrices du savoir.

Références

Brundenius, C. & Göransson, B. (2011). Les trois missions de l’université : synthèse des résultats du projet UniDev. L’université en transition, 353-378. DOI : 10.1007/978-1-4614-1236-6_16#Sec12_16

Tagged
Marc-Donald VINCENT
Marc-Donald Vincent est spécialiste en gestion de projets. Il a obtenu une licence en sciences agricoles de l'Université Chrétienne du Nord d’Haïti (UCNH) en 2016, un diplôme d’études supérieures spécialisées (D.E.S.S.) en gestion des projets d'architecture et d'aménagement en 2020 et une maîtrise (M.Sc.A) en gestion de projets en 2021 de l'Institut des Sciences, desTechnologies et des Études Avancées d'Haïti (ISTEAH). Après son stage de recherche au Laboratoire de recherche en réseautique et informatique mobile (LARIM) de Polytechnique Montréal, il poursuit sa recherche doctorale en sciences de la gestion en Haïti à l'ISTEAH. Sa thèse doctorale porte sur les facteurs de succès et de sous-performance des projets publics mis en œuvre dans les pays à revenu faible et intermédiaire, cas d'Haïti. Aussi, Marc-Donald Vincent est président du Centre de Recherche Intégrée et Scientifique d’Haïti (CRISH) et du journal Le Scientifique promouvant la recherche scientifique en Haïti.
https://www.lescientifique.org