Dondon : 323 ans de fondation, une brève sociographie historico-politique

Actualités National

La réflexion sur l’histoire d’une communauté, visant à comprendre les mutations que cette communauté met en branle et promeut, s’élabore à partir des idées sur sa culture, mœurs et tradition politique. Les postulats qui dirigent les conquérants aident à comprendre leur histoire et non celle que, jour après jour, construisent les conquis. Il n’est point d’exister une voie universelle que toutes les communautés doivent emprunter, hier, aujourd’hui et dans toute sa diversité, explore de nouvelles avenues d’épanouissement.

https://lescientifique.org/wp-content/uploads/2022/01/wp-1642941015541.pdf

La cité de Vincent Ogé se relève de l’arrondissement de Saint-Raphaël. Elle est enclavée par les communes de la Grande Rivière du Nord, de Saint-Raphaël, de Saint-Michel de l’Attalaye, de Marmelade, de Plaine du Nord, de l’Acul du Nord et de Milot. Cette ville a une population totale de 33033 habitants 7109 ménages avec une superficie de 120,36 km2 (Direction des statistiques Démographiques et sociales (DSDS, 2012).

La petite histoire de Dondon débuta en effet, en 1698 par la concession du domaine connu sous le nom de « Trou de dondon » par le gouverneur de Saint Domingue André Minguet (chirurgien et flibustier français établis dans la partie du Nord de l’île). En 1727, la localité fut élevée au rang de Paroisse au tour du temple religieux dédié à Saint Martin de Tours. En 1791, Dondon se positionna à côté de la Grande Rivière du Nord, de Limbé et de Fort liberté lors de la révolte des esclaves. Quelques années plus tard, en 1794 la communauté a vécu d’autres événements historiques quand Toussaint Louverture y débarqua et livra la bataille au général Jean François, puis enleva aux espagnols. Elle est reconnue pour sa participation active à l’insurrection de Salnave en 1865.

La commune de Dondon est aussi le lieu qui a vu mourir le général Clerveaux, l’un des signataires de l’acte de l’indépendance, selon les données de l’IHSI (inventaire des ressources et potentialités des communes d’Haïti, 2007).

Dondon est une communauté de grande augure dans l’histoire récente de la politique haïtienne. Cependant, après le départ du régime Duvaliériste, et les élections de 1990 qui a promu le natif de Port-Salut, Jean-Bertrand Aristide à la haute Magistrature suprême de l’État, toute une génération de jeunes Dondonnais s’est donnée à la politique soit pour défendre ses intérêts personnels ou les causes de ladite communauté. Dans un passé pas trop lointain, on peut se récapituler à cette génération pos-90 d’OPAD, de MPD, OV30 et du Comité quartier qui, dans le temps, contrôlaient l’espace politique de la commune. On se souvenait de quelques personnages qui, dans ses postures militantismes ont lutté du bec et des ongles pour le bien-être partagé.

Prenant compte des témoignages de quelques figures emblématiques de la zone notamment Notaire Guillaume Edouard Saint-Jean qui était dans un premier temps Maire de la commune puis Député de la 45ème législature. Bien avant 1990, les Jeunes de Dondon ne s’intéressaient pas vraiment à la politique puisqu’à cette époque tout le monde était très capricieux car c’était l’affaire des nantis même si c’était une question de volonté. Pour certains citoyens, c’est parce qu’on vivait dans une période de grande répression qui en revanche, pousse presque tout le monde à un désintéressement de la question.

En fait, malgré les précarités de la politique, bien avant cette question de circonscription électorale, on a eu Dantès Thomas, le Natif de Dondon qui était chef de l’arrondissement de la Grande Rivière du Nord.

Dondon a connu cinq (5) Députés jusqu’à la 50ème législature ;

  1. Mr Marc Antoine sur la présidence de Sténio Joseph Vincent avec des élections dirigées vers les années 1930 pour la Circonscription de la Grande Rivière du Nord, Dondon, Saint-Raphaël, Bahon, Pignon, Lavictoire et Ranquitte.
  2. Mme Orthélia Salvant sous la présidence de Duvalier François dans le même scénario.
  3. Raynold Renard originaire de Saint-Raphaël succombait après les élections, soit deux (2) ans après.
  4. Notaire Edouard Guillaume Saint-Jean élu par le peuple le 18 janvier 1993 pour la 45ème législature de la circonscription de Dondon-Saint-Raphaël pour deux (2) ans dans le but de compléter le mandat de quatre (4) ans du Député Raynold Renard originaire de Saint-Raphaël succombait après les élections, soit deux (2) ans après.
  5. Mr Harold Chéry Député de la 49ème législature dans les élections controversées de 2011 pour la circonscription de Dondon -Saint-Raphaël, soit seize (16) ans après
    le Député Edouard Guillaume Saint-Jean.

Cependant, même avant les élections de la 49ème législature, Dondon se trouvait dans de grandes difficultés pour élire son représentant en raison de son faible électorat par rapport Saint-Raphaël qui partageait cette circonscription avec sa forte population électorale. Fort de ce constat, il a fallu l’intervention d’une frange de la communauté Dondonnaise en 2014 pour introduire une pétition au chef du Gouvernement haïtien d’alors, Sieur Laurent Salvador Lamorthe, tout en demandant la séparation de Dondon
comme une circonscription électorale unique qui peut faire élire son propre Député non fantoche en référence à l’article 90 de la constitution amendée. Vu qu’en période électorale, on enregistre toujours dans les communes de pertes en vie humaine, des handicapés physiques, des incendies regrettables, etc. À noter que cette initiative était l’œuvre de quelques citoyens avisés comme le feu Célancieux Clersias, Junex Jean, Ronald Toussaint, André Telfort et Péguy Jacob pour ne citer que ceux-là.

Peut-être grâce à cette initiative, Dondon comme circonscription unique a connu son premier député aux élections législatives de 2017 pour la 50ème législature. Une législature qualifiée de la honte pour plus d’un et qui en même temps, a accouché Mr Hermogène Daniel étant le 5ème député, élu au second tour face à Mr Harold Chéry ancien de la 49ème législature dans une élection très tendue qui a coûté la vie du feu militant Jean-Baptiste Gary.

Ceci dit, depuis cette question de découpage électoral, la cité enregistre toute une pluralité de candidats de tout acabit qui ont une velléité manifeste pour être député de la circonscription. A cet effet, malgré la situation accablante de la politique actuelle du pays, les candidats à tous les niveaux se multiplient dans la commune. De quelle vision ou pas, mais de toutes façons c’est une bonne chose pour la communauté. Nous attendions une bataille électorale avec des débats contradictoires et argumentés tout en respectant les acquis démocratiques.

Les enjeux de la politique sont de taille, mais très souvent malgré les vives tensions qui régnaient dans des compétitions électorales, la montagne accouchait toujours une petite souris. Pourtant, les attentes restent encore sur nos lèvres si bien que des réussites personnelles et les indécis se multiplient.

On reconnaît très souvent la politique comme un jeu d’hypocrisie qui peut s’unir et désunir à tout moment, mais quel que soit la situation qui s’impose, il faut primer l’intérêt général de la cité. Nous nous demandons très souvent pourquoi dans le pays quand il y aura élection tout le monde se prétend être candidat. N’est-ce pas parce que ces gens-là ont la volonté réelle de servir la communauté ou d’avoir une sociale ; autrement dit de changer leur statut de vie tout en s’enrichissant davantage, ou sont-ils de vrais patriotes ? Alors, pourquoi en majeure partie les autorités ne sont pas de simple serviteurs au lieu d’être profiteurs ou exploiteurs de biens communs ?

Malgré des situations extrêmes, la communauté choisissait toujours ses dirigeants politiques tandis qu’on ne pourrait même imaginer un bilan pour certains au cours deleurs mandats. Par contre, ils drainent toujours la division, l’émoi, la déception, le désarroi, etc.

Le contexte actuel où nous célébrons les 323 ans de la fondation de Dondon et les 294 ans de la paroisse est alarmant avec une communauté abandonnée par les autorités établies. Les problèmes confrontés par la population restent quasiment les mêmes. La population vie au seuil de la pauvreté, elle n’a même pas accès à l’eau potable. L’insalubrité régnant partout, absence de l’électricité, dégradation de certaines infrastructures. N’était-ce pas des gens de bonne volonté qui s’engageaient pour le bien de la communauté, Dondon aurait pu se trouver bien sûre au rang des communes méconnaissables et même infréquentables.

Profitons donc de cette aubaine : furieux, consterné à la traversée du désert du pays, l’impact est considérable partout dans les coins et recoins du pays et nous autres en conséquence. Voilà l’obligation nous s’imposant de trouver une alternative d’en sortir. Arrêtons-nous aux choix des leaders à sensation, mais avec la science, le savoir-faire et le savoir-être. Cherchons toujours l’exactitude de nos actes et construisons un leadership collectif dans l’intérêt du bien commun. Conscients que nous sommes fatigués avec nos leaders sans vision, médiocres et irresponsables. Cessons tous avec l’idiotie !

Les 121 km2 de notre territoire peut devenir un joyau paradisiaque avec de grands projets et d’opportunités pour tous. La RES Publica nous appartient, protégeons-la en dondonnais responsables et consciencieux. Toutefois, le dynamisme du développement de notre pays peut passer par nous les Dondonnais dans cette communauté que nous aimons tant. Qu’il plaise à chacun de nous de croire que nous sommes capables tout en réservant la place qu’il faut à l’homme qu’il faut et sachant du vieil adage d’Emmeline Raymond « Une période d’échec est un moment rêvé pour semer les graines du succès ».

Cette réflexion sur la sociographie de la commune en la 323ème année de sa fondation est réalisée dans le cadre de l’historiographie de la zone et de présenter son état critique en vue d’avoir une meilleure idée de la communauté. En revanche, cette réflexion nous servira de stimulus dans les actions que tout un chacun aura à entreprendre à un niveau que ce soit pour assurer le développement réel de la commune. Comme le développement est le fruit de l’application de techniques appropriées, il peut difficilement réussir sans un état d’esprit digne de le mener à bien. L’essentiel c’est qu’il traduit les aspirations réelles de la population directement concernée et qu’il est présenté sous une forme à sa mesure. Un moment crucial qui facilite justement la mise en synergie nos savoir-faire et savoir-être pour décider ce que nous voulons pour le développement réel et intégral de Dondon.

A présent, voici la liste non exhaustive de quelques personnages qui ont marqué le temps de l’histoire politique de Dondon avant et après 1990 : Elima Métellus, Michel Jean-François, Joël Ménard, Hauter Métellus, Marius Cadet, Erec Ménard, Damus Saint-Vil, André Daniel, Edmonde Cadet, Gonel Louis, Henry Délius, Mme Moncoeur, Tania Antoine, Antoine Ménard, Mario Fanfan, Jacques Alexis, Jacques Jean-François, Lainé Ménard, Lefaite Michel, Déus Jean-François, Luc Salvant, Joseph Antoine, Marc Antoine, Sadrac Félix, Ricard Antoine, Henri-Claude Ménard, Milton Chéry, Willy Jean-Baptiste, Remus Saint-Fleur, Gérôme Toussaint, Ricardo Phanor, Nemours Alouidor, Guy Salvant, Youyou St-Preux, Wilfride Ménard, Roc Henry Bastien, Péguy Jacob, Martin Pierre, Florian Chéry, Wilfride Ménard, Arnold Marcelus, Bernadin Fayet, Isaac Alexandre, Edouarcin Décéide, Brunel Mondestin, André Saint-Fleur, Ronald Gerlin, Délius Laguerre, Mme Jérémie Papouloute, Diemèt Daniel, Dugué Daniel, Johny Pitimi, Jocelyn Métellus, Evange Fouquet, Rose Edeline Jean-Baptiste, Fania Toussaint, Justin Martin, Gérard Montrevil, Faustin Félix, Bedesir Telfort, Yves Louis, Thony Julmice, Jn-René Jean-François, Eddy Séide, Jean Gérôme, Oride Ménard, Cothière Zéphirin, Gladys Lindor, Avèse Cothière, Mocène Moise, Raynold Bien-Aimé, Léon Gerlin, Pierre Yves Desamours, Célancieux Clersias, Chetiny Franscisque, Heureuse Eugène, Gaston Phanor, Cadet Jean Étienne, Lefève Marcelin, Silmorce Jean, Nelson Mombrun, Odanier Louis, Julson François, Espérant Lamy, Luck Sévère, Claudiane Edouard, Pierre Antoine Chery, Sévère Marcelin, Orange Noël, Jackson Garçon, Éliette Bien-Aimé, Mme Odino Célicourt, Guito Noël, Wilfride Jean-Jacques, Ronald Célicourt, Livronet Cadet, Emile Louis( Ajewè) Jules Milfort, Chéry Wiliam, Océan Bien-Aimé, Jaccius Jean-Jacques, Judel Cadet, Jean Roudy Ménard, Gerson Baptiste, Levis Jean-François, Dubois
Francisque, Jacques Mondestin.

AUTEUR

Jose Lesly METELLUS, Gestionnaire, Juriste et Fiscaliste, josemetellus05@gmail.com, Tél : +(509) 40496060 / 36394261

RÉFÉRENCES

Direction des statistiques Démographiques et sociales (DSDS), Institut haïtien de
Statistiques et d’informatique (IHSI) estimation en janvier 2012.

Facebook Comments Box
Print Friendly, PDF & Email

À PROPOS DE L'AUTEUR ET/OU LE SCIENTIFIQUE

Tagged
Jose Lesly METELLUS
Jose Lesly METELLUS, Gestionnaire, Juriste et Fiscaliste, josemetellus05@gmail.com, Tél : +(509) 40496060 / 36394261 ______________________ LE SCIENTIFIQUE comme son nom l’indique est une revue de presse scientifique dont sa mission principale est de servir les communautés mondiales en quête de savoir et d’informations, c’est-à-dire du savoir scientifique et socioprofessionnel pour comprendre l’évolution de l’humanité, interpréter les phénomènes qui se développent dans leur environnement dans un esprit scientifique. En d’autres termes, la revue publie des articles scientifiques, professionnels et populaires selon les principes déontologiques, les normes méthodologiques APA. La revue LE SCIENTIFIQUE est diffusée au format électronique grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). Elle s’adresse aux lecteurs et aux internautes du monde entier et propose deux articles au moins par semaine autour des questions scientifiques, professionnelles et populaires. La revue est publiée sur le web et également diffusable par email.
https://www.lescientifique.org