La soupe au giraumon d’Haïti classée patrimoine mondial

Actualités International National

Euh oui, la « Soupe joumou » est le deuxième patrimoine mondial d’Haïti après le Parc National Historique Citadelle, Sans-Souci, Ramiers (PNH-CSSR). En dépit qu’Haïti a connu une série de crises cette année, de l’assassinat au milieu de la nuit de son président à un tremblement de terre dévastateur aux enlèvements par des gangs en guerre et maintenant une explosion mortelle de pétrolier dans sa deuxième plus grande ville (Cap-Haïtien). Mais tout comme la soupe bien-aimée du pays – la soupe à la citrouille (giraumon)- réchauffe l’âme le jour du Nouvel An pour célébrer le fait qu’Haïti est devenue la première république noire libre du monde après que les Africains asservis aient vaincu leurs colonisateurs français depuis 200 ans, il y a une histoire qui aide à équilibrer les horribles nouvelles dans une nation encore sous le choc de toutes ses tragédies. Jeudi, la soupe à la citrouille est la plus récente tradition à être ajoutée par les Nations Unies à son patrimoine culturel immatériel. Cette soupe est largement considérée par les Haïtiens et étrangers comme un symbole de liberté et de dignité et inextricablement liée à leur fondation en tant que la première nation noire devenue libre le 1er janvier 1804. Le dossier solide de la soupe joumou que beaucoup d’Haïtiens se sont battus pour monter a remporté cinq des cinq critères (5/5).

Fig 1 : Principaux ingrédients de la soupe joumou (giraumon)

Liste du patrimoine de l’humanité

La soupe au giraumon (joumou) rejoindra désormais des plats tels que le couscous de l’année dernière et l’art de 2017 des « pizzaiuoli » napolitains. Cela est effectif après l’assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture, l’UNESCO. La décision d’inscrire la soupe au giraumon (Joumou) sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité a été approuvée à l’issue d’une réunion d’experts de l’UNESCO puis a reçu jeudi la bénédiction unanime de ses ambassadeurs après un long débat virtuel sur les procédures. Avec une concurrence toujours serrée entre les pays candidats, ils se sont réunis pour déterminer si la tradition devait être prise en compte. La soupe joumou a été choisie après qu’il a été convenu que le plat faisait partie de la tradition culturelle et gastronomique d’Haïti.

Fig 2 : Cuisson de la soupe joumou (giraumon)

L’entrée d’Haïti, sa première au sein de l’organisation culturelle mondiale, a été imaginée par son ambassadeur à l’UNESCO, Dominique Dupuy. Dupuy a fait la soumission en mars juste au moment où la nation des Caraïbes se retrouvait une fois de plus plongée dans des troubles politiques et sociaux. « C’est le signal parfait d’espoir, rappelant aux Haïtiens leur dignité et qu’ils ont contribué à l’histoire du monde », a déclaré Dupuy depuis Paris, décrivant la reconnaissance comme « un nouveau flambeau qui peut raviver notre ferveur commune pour être solidaires et restaurer notre foi en un avenir meilleur. La reconnaissance de l’UNESCO après une année de tragédies dans sa patrie appartient au peuple d’Haïti, a déclaré Dupuy, originaire du Cap-Haïtien et qui a vu cette semaine avec tristesse sa ville bien-aimée se couvrir de fumée après l’explosion d’un pétrolier qui a fait au moins plus de 70 victimes dont des vies. Le peuple haïtien, a-t-elle dit, a sauvegardé et transmis la soupe joumou, qui « est le symbole ultime de la lutte contre l’esclavage, la lutte contre le racisme ». Dupuy espère que tous les Haïtiens, de tous âges et où qu’ils se trouvent, se souviennent aujourd’hui « que leur contribution à l’histoire du monde, que leur voix et leur dignité ne seront plus jamais rendues invisibles ». Interdite pendant l’esclavage et réservée aux seuls propriétaires d’esclaves, la soupe était le premier repas partagé par les Noirs libérés après avoir proclamé Saint Domingue indépendant le 1er janvier 1804. Ils ont appelé la nouvelle république Haïti, de son nom indien Taino.

Lié à la bataille pour l’indépendance et l’identité nationale, le plat est devenu une force fédératrice parmi les Haïtiens tout en renforçant l’identité culturelle du pays, quels que soient les ingrédients qui y sont ajoutés. Il a traversé des siècles en étant transmis de génération en génération, souvent sans instructions écrites. Il est souvent infusé de piment Scotch bonnet et de thym, et sa base est la courge connue sous le nom de calabaza en Amérique latine. Il donne à la soupe sa coloration orange et son goût unique. Les ingrédients ajoutés varient selon les régions et les goûts personnels, mais peuvent consister en du malanga, des ignames, des navets, des carottes, des bananes plantains, des pommes de terre, du chou, de la viande et des pâtes.

Fig 3 : Plat de la soupe joumou (giraumon) un 1er Janvier

Dans le sud de la Floride, les chefs locaux sont connus pour ajouter leur propre touche, notamment des fruits de mer. Mais pour l’UNESCO, la recette n’avait pas d’importance. C’est la technique associée à la fabrication de la soupe et ce qu’elle dit sur la contribution culturelle d’Haïti à l’humanité. Normalement, il faut deux ans pour qu’une candidature soit examinée par les experts de l’UNESCO. Mais après l’assassinat du président Jovenel Moïse et le tremblement de terre du 14 août dans la péninsule sud du pays cinq semaines plus tard, Haïti a demandé que sa soumission de soupe joumou soit considérée lors de la session de cette année à titre exceptionnel, plutôt que l’année prochaine en vertu d’une règle autorisant pour des considérations exceptionnelles en cas d’urgence.

Fig 4 : L’atmosphère des nouvelles pour Haïti

« Il s’agit d’un dossier solide que beaucoup d’Haïtiens se sont battus pour monter et qui a remporté cinq des cinq critères… basés sur le mérite du peuple haïtien et le mérite de son héritage », a déclaré un émouvant Dupuy après la décision unanime. Au cours du débat, certains pays du Moyen-Orient n’étaient pas satisfaits du secrétariat pour avoir permis à Haïti d’accélérer la décision de mettre la soupe joumou sur la liste mondiale. D’autres, tels que les représentants de Djibouti, de la Suisse et du Botswana, ont fait valoir que la procédure accélérée était la seule exception au processus, et ont apporté leur soutien à Haïti. L’ambassadeur du Brésil, Santiago Irazabal Mourão, a été le premier à s’exprimer en faveur de la soumission au cours de la commission, déclarant à ses collègues diplomates : « vous ne pouvez pas abandonner Haïti ». Le pays d’Amérique du Sud a déclaré qu’il soutenait fermement et avec enthousiasme la proposition.

Fig 5 : Réjouissance de l’équipe

« La soupe Joumou joue un rôle très important au niveau de l’identité d’Haïti et de sa résilience ; sa cohésion et sa résilience, qui sont nécessaires pour surmonter les catastrophes », a déclaré le diplomate, président de la conférence générale de l’UNESCO. « La solidarité a toujours fait partie de l’esprit de l’UNESCO. Vous ne pouvez pas laisser Haïti à son sort, certainement pas. En somme, la « Soupe Joumou » fait désormais partie du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO. La « Soupe Joumon » appartient maintenant à l’humanité entière.

AUTEUR

LE SCIENTIFIQUE

info@lescientifique.org

+(509) 46 30 76 24

Facebook Comments Box
Print Friendly, PDF & Email

À PROPOS DE L'AUTEUR ET/OU LE SCIENTIFIQUE

Tagged
LE SCIENTIFIQUE
LE SCIENTIFIQUE comme son nom l’indique est une revue de presse scientifique dont sa mission principale est de servir les communautés mondiales en quête de savoir et d’informations, c’est-à-dire du savoir scientifique et socioprofessionnel pour comprendre l’évolution de l’humanité, interpréter les phénomènes qui se développent dans leur environnement dans un esprit scientifique. En d’autres termes, la revue publie des articles scientifiques, professionnels et populaires selon les principes déontologiques, les normes méthodologiques APA. La revue LE SCIENTIFIQUE est diffusée au format électronique grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). Elle s’adresse aux lecteurs et aux internautes du monde entier et propose deux articles au moins par semaine autour des questions scientifiques, professionnelles et populaires. La revue est publiée sur le web et également diffusable par email.
https://lescientifique.org