La Diaspora d’Haïti contribue mieux que l’État au développement durable d’Haïti

De tout temps, les êtres humains se sont déplacés en quête de meilleures conditions socioéconomiques, aux fins de regroupement familial ou pour des raisons humanitaires. Si la mondialisation et les moyens modernes de communication et de transport ont grandement facilité ces déplacements, nul ne peut ignorer les impacts socioéconomiques des diasporas sur leur pays d’origine et d’accueil. En 2020, le nombre de migrants dans le monde était d’environ 281 millions de personnes, soit 51 millions de plus qu’en 2010, 128 millions de plus qu’en 1990 et plus de trois fois plus qu’en 1970 (Organisation internationale pour les migrations, OIM cité dans Nations Unies). L’accroissement du nombre de migrants dans les pays développés entre 2005 et 2010 a marqué le pas par rapport à la période 2000-2005. Les travailleurs migrants, qui sont la principale source d’envois de fonds vers les pays d’origine, étaient quelque 86 millions en 2009. D’après les dernières estimations, le nombre de migrants internationaux devrait atteindre 405 millions en 2050. Beaucoup se questionnent à tort ou à raison sur l’utilité de la diaspora haïtienne dans l’amélioration des conditions de vie des haïtiens. De l’intérieur du pays, bon nombre d’haïtiens considèrent les expatriés haïtiens comme des sauveurs sur lesquels ils peuvent compter. Par contre, une frange d’activistes politiques nationaux cherche toujours à montrer l’insignifiance de l’apport économique de la diaspora en Haïti. D’après les faits, quelle est la part de contribution de la diaspora haïtienne dans l’économie haïtienne, dans le développement durable du pays et dans la survie des haïtiens ? Les opinions des activistes politiques haïtiens ont-ils un fondement factuel ou sont-elles à tendance politique ? Dans cet article, une analyse de données est réalisée en vue de tirer des conclusions sur l’apport économique de la diaspora haïtienne dans l’économie haïtienne et dans le développement durable du pays… [Lire la suite sur]

Continuer la lecture